Belgique : à Bruxelles, Extinction Rebellion perturbe le salon de l'auto

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP

Plus d'une centaine de personnes ont été interpellées samedi à Bruxelles durant une série d'actions contre la pollution organisées par le groupe activiste Extinction Rebellion (XR) dans l'enceinte du salon de l'automobile, ont indiqué les services de police.

Environ 150 personnes avaient été interpellées en fin d'après midi après la dernière action, un "die in", opération consistant à se coucher pour bloquer le passage, a précisé à l'AFP un porte-parole de la police. Les activistes "seront relâchés après avoir donné leur identité", a-t-il indiqué. 

Extinction Rebellion avait appelé ses sympathisants à se retrouver dans l'enceinte du salon de l'automobile pour une opération "Salon des Mensonges" destinée à "perturber le Salon de l'Auto afin de dire la vérité sur l'effondrement écologique et le rôle moteur de l'industrie automobile dans cette crise", précisait le communiqué diffusé sur les réseaux sociaux.
 

Une bannière proclamant "stop aux émissions de CO2" a été déployée à l'entrée principale et d'autres actions ont été menées sur différents stands, ont constaté les journalistes de l'AFP. Des militants se sont ainsi enchainés au volant des automobiles présentées, des véhicules ont été tagués ou aspergés de colorant couleur sang. Une action a été menée sur le stand du géant pétrolier Shell. Un activiste dénudé et ensanglanté hurlait "Shell tue" pendant que d'autres portant un masque représentant le logo du pétrolier distribuaient des tracts aux visiteurs.

Conformément aux consignes du mouvement, les militants ont joué la dispersion pour mener leurs actions par petits groupes à l'intérieur du salon contre des cibles pré-sélectionnées. Mais plusieurs des organisateurs, identifiés par la police, ont été interpellés avant de pouvoir entrer.
 

"On l'a appelé +le Salon des mensonges+ parce qu'on ne croit absolument plus en l'industrie automobile pour apporter des solutions vis-à-vis de cette crise écologique et climatique. Elle a déjà menti par le passé, continue à mentir et continuera à nous mentir si on ne l'arrête pas", a expliqué à l'AFP une des porte-paroles de XR identifiée comme Sarah.

"Par cette action, le but est vraiment de permettre aux citoyens et aux citoyennes de se dire: nous, on ne veut plus continuer de subir la pression de l'industrie automobile, parce qu'il faut mettre en place un autre modèle de mobilité qui favorise tout un tas d'autres alternatives qui soient justes aussi bien socialement et écologiquement", a-t-il ajouté.