Belgique : un millier de salariés au chômage technique depuis mardi après une cyberattaque

Il s'agirait d'une attaque au ransomware.

Environ un millier de salariés sont au chômage technique depuis mardi à la suite d'une cyberattaque contre l'équipementier aéronautique Asco basé à Zaventem, près de Bruxelles, a appris l'AFP ce vendredi appris de sources concordantes.

"L'usine sera encore fermée tout le week-end, il y aura peut-être de nouvelles informations dimanche", a indiqué un responsable du syndicat ACV-CSC Metea, Jan Baetens.

L'usine de Zaventem est la plus importante du groupe. Les autres sites aux Etats-Unis, au Canada et en Allemagne sont également arrêtés à la suite de la cyberattaque, selon la même source.

Asco, à l'origine une société familiale belge, fabrique le mécanisme permettant la rétraction et l'extension des volets des ailes d'avions, et a notamment pour clients des grands constructeurs comme Airbus, Boeing, Bombardier ou Lockheed Martin.

 

Attaque au "rançongiciel"

"Nous travaillons actuellement d'arrache-pied pour redémarrer le plus vite possible nos activités et servir nos clients. C'est notre première préoccupation", a déclaré jeudi une porte-parole de l'entreprise à l'agence Belga.

Une plainte pour une cyberattaque au rançongiciel (ou ransomware) a été déposée à la zone de police de Zaventem et une enquête ouverte par la police fédérale, a indiqué à l'AFP une porte-parole du parquet de Vilvorde.

Les attaques sophistiquées par rançongiciels sont de plus en plus fréquentes, selon les spécialistes en cybersécurité.

Elles cryptent les fichiers d'un système informatique grâce à un code malveillant et les rendent inutilisables, leurs auteurs réclamant une rançon pour les débloquer.
 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité