• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Boris Johnson, probable futur Premier ministre britannique, propose de régulariser les immigrés clandestins

Boris Johnson en campagne ce samedi. / © NEIL HALL / POOL / AFP
Boris Johnson en campagne ce samedi. / © NEIL HALL / POOL / AFP

Boris Johnson, favori pour devenir le prochain Premier ministre britannique, a proposé ce samedi de régulariser le statut des immigrés clandestins, une idée qu'il avait déjà évoquée quand il était maire de Londres.
 

Par AFP

Ce geste envers les personnes en situation irrégulière, dont il a estimé le nombre à environ 500 000 rien qu'à Londres, devrait cependant selon lui s'accompagner de mesures visant à empêcher de nouvelles entrées illégales de migrants afin d'éviter un "effet d'aubaine".
 
Alors qu'il faisait campagne à Wyboston, dans l'est de l'Angleterre, M. Johnson a évoqué "les personnes qui sont ici depuis 12 ans ou plus, depuis longtemps" et "n'ont pas eu de problèmes avec la justice (...), ont travaillé dur, mais ne peuvent pas payer d'impôt et ont toujours un statut illégal".
 

"Je ne pense pas qu'il soit raisonnable de penser que nous pouvons expulser un si grand nombre de personnes. Nous devons réfléchir à la façon de régulariser leur statut", a-t-il déclaré.  Il a souligné que, malgré les efforts affichés du gouvernement conservateur pour lutter contre l'immigration clandestine, "c'est plus ou moins ce que nous faisons déjà" et que le nombre d'expulsions est "extrêmement bas". 
 

"Plus ferme" avec ceux qui tentent d'entrer illégalement


"Ce que je propose ne ferait pas une grande différence (...) ça consisterait à régulariser une situation existante", a-t-il dit. M. Johnson a plaidé pour que le Royaume-Uni se montre "plus ferme" avec les immigrés qui tentent d'entrer illégalement dans le pays et "plus compatissant envers ceux qui sont déjà ici". 
 

Il avait milité avec ferveur pour que le Royaume-Uni quitte l'Union européenne lors du référendum de juin 2016, une campagne dominée par les promesses de contrôler davantage les flux migratoires en mettant fin à la libre circulation des ressortissants de l'Union européenne. L'ancien maire de Londres défend cependant l'immigration, affirmant que cela constitue un des facteurs du dynamisme de la capitale et du sud-est de l'Angleterre.

Il a répété que s'il était élu, il introduirait un système d'immigration à points, basé sur les compétences et l'offre d'emploi.
 

Sur le même sujet

Effondrement chaussée centre-ville d'Amiens

Les + Lus