Carnaval de Dunkerque : après l'agression en marge du Bal du Chat noir, un nouveau dispositif de sécurité annoncé

Quelques jours après la violente agression d'un carnavaleux en marge du bal du Chat Noir, de nouvelles mesures ont été annoncées pour assurer la sécurité des Dunkerquois et des carnavaleux. 

Pour protéger les Dunkerquois et les carnavaleux, des mesures de sécurité supplémentaires ont été prises.
Pour protéger les Dunkerquois et les carnavaleux, des mesures de sécurité supplémentaires ont été prises. © FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
Augmentation des effectifs de policier à Dunkerque et agrandissement du périmètre surveillé : ce sont les mesures proposées pour assurer une plus grande sécurité pour les carnavaleux. 

"Il fallait prendre des décisions", reconnaît le maire de Dunkerque, Patrice Vergriete quelques jours après que Kevin Desmidt a été agressé en marge du carnaval. "On a vu apparaître deux phénomènes nouveaux : l'apparition de bandes non déguisées qui viennent voler ou tabasser les carnavaleux [...] et des nombreux débuts de bagarre liés à une alcoolisation excessive". 
 


Pour prévenir ces deux phénomènes, le maire prévoit un "renforcement des forces de sécurité, des polices municipale et nationale". Il lance aussi un appel aux parents d'enfants mineurs : "On a constaté une consommation excessive chez des mineurs de stupéfiants. Je demande aux parents de veiller à leur santé."
 

Patrick Vergriete : "Il fallait prendre des décisions pour la sécurité des carnavaleux" ©France 3 Nord Pas-de-Calais

 

Les mesures annoncées 

  

Un renforcement de brigades canines


Le directeur de la police municipale de Dunkerque, Pascal Desuert, revient sur les faits du week-end : "La semaine dernière, notre effectif en place est régulièrement intervenu sur des débuts de rixe, ce qui nous a empêché d'être pleinement sur notre mission première : protéger les gens agressés."

En plus du renfort de policiers avec des "brigades canines", le périmètre sera aussi étendu : "Nous irons dans les terrains habités, derrière la plage, où les bandes organisées essayent de trouver des personnes esseulées et en difficulté."

Mais le directeur de la police nationale veut rester pragmatique : "Il y a des gens qui viennent s'amuser, pour faire la fête mais d'autres viennent avec des intentions mauvaises, néfastes pour l'esprit carnavaleux."


Un état toujours stationnaire pour Kevin Desmidt


Agressé le soir du bal du Chat Noir, Kevin Desmidt, sapeur-pompier volontaire est toujours dans un état stationnaire selon le maire de Dunkerque, Patrice Vergriete : "Il y a à la fois quelque chose d'assez angoissant de ne pas savoir comment Kevin va sortir de là, mais à la fois il y a quelque chose de rassurant quand les médecins nous disent d'être confiants." Il en conclut : "On est entre l'angoisse et l'espoir."
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
carnaval de dunkerque fêtes locales carnaval événements faits divers sécurité