Confinement : les monuments nationaux des Hauts-de-France, fermés au public, se réinventent en organisant des concerts

De la Villa Cavrois dans le Nord au château de Pierrefonds dans l'Oise, les monuments nationaux se réinventent pour sortir de leur hibernation forcée par la crise sanitaire. DJ Set d'un côté, concert de l'autre... quand la culture se serre les coudes pour continuer d'exister.

À gauche, les dernières installations avant l'enregistrement du concert de Mat Bastard au château de Pierrefonds. À gauche, Kazy Lambist quelques minutes avant d'enregistrer son set à la Villa Cavrois.
À gauche, les dernières installations avant l'enregistrement du concert de Mat Bastard au château de Pierrefonds. À gauche, Kazy Lambist quelques minutes avant d'enregistrer son set à la Villa Cavrois. © FTV

Ce n’est un secret pour personne, les salles de spectacle sont fermées depuis plusieurs mois et les musées sont entrés dans une phase d’hibernation qui commence à s’éterniser. Depuis la fin du mois d’octobre et l’instauration du deuxième confinement, du couvre-feu, puis du troisième confinement, le monde de la culture somnole mais tente néanmoins de se réinventer pour ne pas perdre le lien avec son public. 

Dans les Hauts-de-France, des initiatives fleurissent. Exemple avec deux monuments nationaux emblématiques du Nord et de l’Oise qui tentent l’expérience de réaliser des captations de concerts à destination des réseaux sociaux.

Des concerts enregistrés et diffusés sur les réseaux sociaux

Inutile de présenter cet édifice majestueux situé à Croix, réalisation la plus emblématique de l'architecte Robert Mallet-Stevens. Visitée par des milliers de curieux depuis sa réhabilitation achevée en 2015, la Villa Cavrois se sent bien vide ces derniers mois. "C’est un lieu qu’on vit en présentiel, explique Alexandre Pouliguen, adjoint à l’administratrice du monument. Une fois qu’on a une page Instagram à 15 000 abonnés sur laquelle on a développé des Story sur l’histoire du lieu et après avoir tiré les fils des liens possibles avec d’autres monuments, la question de faire autre chose se posait".

Kazy Lambist lors de l'enregistrement d'un set de quarante minutes devant la Villa Cavrois.
Kazy Lambist lors de l'enregistrement d'un set de quarante minutes devant la Villa Cavrois. © FTV

L’idée d’un concert retransmis sur les réseaux sociaux s’est alors imposée d’elle-même. Les équipes décident de s’associer avec l’association belge Tuesday TV qui réalisera la captation. Reste à trouver la tête d’affiche de ce concert 2.0 : ce sera le dj montpelliérain Kazy Lambist, un artiste en vogue qui cumule des dizaines de milliers d’écoutes chaque mois sur Spotify. 

Les caméras et les drones se sont installées lundi 19 avril en fin d’après-midi dans le jardin de la villa, face à la façade sud permettant de montrer le monument et ses célèbres briques jaunes sous son meilleur jour. "L’idée c’était d’enregistrer le set de 40 minutes dans les conditions du live à 20 heures pour avoir la même ambiance lumineuse que lors de la diffusion mardi 27 avril, avec le soleil qui se couche permettant d’avoir un changement de luminosité sur la façade". Et de mettre en avant à la fois la musique de l’artiste mais également le lieu.

Donner de la visibilité aux monuments nationaux de la région 

Car l’objectif, au-delà de soutenir les artistes durement touchés par la crise sanitaire et privés de leurs concerts, est de rendre visible le monument et donner envie aux visiteurs de le (re)découvrir dès la réouverture, possiblement mi-mai. "Le sujet n‘est pas seulement artistique, ce genre d’événement nous offre également une visibilité face à un public à conquérir", développe Alexandre Pouliguen. "Là où tout le monde connait le Corbusier, Mallet-Stevens reste encore assez confidentiel, notamment chez les jeunes".

"Le sujet n‘est pas seulement artistique, ce genre d’événement nous offre également une visibilité face à un public à conquérir".

Alexandre Pouliguen, adjoint à l’administratrice de la Villa Cavrois

Tout au sud de la région, c’est d’ailleurs des étudiants de l’Université de Technologie de Compiègne qui ont toqué aux grandes portes du château de Pierrefonds, un monument national emblématique lui aussi tristement vide depuis plusieurs mois. "Les étudiants sont dans une forme de détresse aujourd’hui, coupés de vie sociale et de vie culturelle, déconnectés en partie de la vie universitaire, raconte Xavier Bailly, administrateur du monument. Lorsqu’ils nous ont proposé l’idée d’organiser un concert à destination des jeunes dans la cour d’honneur du château, nous n’avons pas hésité. L’enjeu est de leur redonner de l’espoir et de leur permettre de continuer à rêver". Mais également de permettre au château de continuer d'exister et de donner l'envie à la jeune génération de venir le découvrir dans un futur proche.

Mat Bastard, ancien leader du groupe nordiste Skip The Use, a été choisi pour ce concert, capté vendredi 23 avril et diffusé la semaine suivante. Une manière de « faire un pont entre des étudiants désemparés et un monde de la culture en attente de public ». Et rappeler également que l’édifice s’impatiente du retour des visiteurs. "Tout est prêt pour leur retour, affirme Xavier Bailly. Nous n’avons plus qu’à glisser la clé dans la serrure pour ouvrir de nouveau Pierrefonds"

Informations utiles
  • Set de Kazy Lambist à la Villa Cavrois : diffusion le mardi 27 avril à 20h00 sur les réseaux sociaux et sur la page Facebook de France 3 Nord Pas-de-Calais et sur celle de La Villa Cavrois
  • Concert de Mat Bastard au château de Pierrefonds : diffusion vendredi 30 avril à 14h30 sur les réseaux sociaux
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture architecture patrimoine musique concerts covid-19 santé société confinement