Coronavirus : Bernard Baudoux, maire d'Aulnoye-Aymeries, “a la trouille” mais reste présent sur le terrain

Suite de notre série sur les maires du Nord et du Pas-de-Calais. Comment vivent-ils le confinement ? Quelles urgences ? Quel quotidien ? Aujourd'hui, rencontre avec le maire d'Aulnoye-Aymeries (Nord).

Par Jean-Louis Manand

Bernard Baudoux fait partie de ces maires qui viennent d'instaurer le couvre-feu. Non qu'il y ait eu des incidents sur sa commune, Aulnoye-Aymeries. C'était plutôt pour insister sur l'importance du confinement, une semaine après son déclenchement. "Entre 20 heures et 5 heures, je ne vois pas ce qu'on peut faire dehors, argumente t-il. Tout est fermé. Alors restons chez soi."

Ce matin dès 7 heures, sous un grand soleil, le maire (PC) d'Aulnoye-Aymeries était sur le marché. "Un marché hebdomadaire que je souhaite maintenir, dit-il, en faisant respecter quelques règles évidentes de sécurité. Je pense surtout protéger nos producteurs locaux. Ils ont appris hier soir en regardant le Premier Ministre au journal de 20 heures qu'ils ne pourraient peut-être plus travailler. C'est dur. Ils avaient préparé leurs marchandises pour le lendemain. Ça risquait d'être perdu."

Le couvre-feu. Le marché. Bernard Baudoux tente malgré tout de faire en sorte que les services municipaux continuent de fonctionner. "Presque" normalement. "Il faut être sur le terrain. C'est indispensable. Montrer aux gens qu'ils ne sont pas seuls. Apporter des réponses... même si ce ne sont pas celles qu'ils attendent."
 

Fermés mais joignables


La mairie est fermée, mais il y a encore dans les bureaux une dizaine d'agents qui assurent le suivi administratif des dossiers : état civil, urbanisme, permis de construire, finances... Ils répondent au téléphone. Il est encore possible d'être reçu sur rendez-vous. Idem pour les services techniques de la ville ; ils sont fermés mais joignables.

La mairie, Bernard Baudoux y est chaque jour. Et comme tous les élus locaux en cette période de crise sanitaire, c'est surtout le sort des personnes fragiles, malades, âgées qui le préoccupe."On court après les masques ! Des masques pour les 60 salariés - dont 40 soignants - qui travaillent dans notre EHPAD. Des masques pour les 15 infirmières de notre SSIAD, notre Service de Soins Infirmiers à Domicile."

Pour une centaine de personnes âgées, plus particulièrement, la ville d'Aulnoye-Aymeries met en place un service calqué sur le Plan Canicule. "On les appelle régulièrement, explique Bernard Baudoux. Et on incite les voisins à se montrer attentifs, vigilants."
 

Enfin, le Facebook personnel du maire ou le site de la ville relaient quelques informations pratiques. Comme ce primeur d'Aulnoye-Aymeries qui propose un service de livraison de fruits et légumes à domicile.

Et les risques ? Bernard Baudoux y pense t-il ? A 70 ans, celui qui vient d'être réélu pour un cinquième mandat sait qu'il est très exposé. Pas de masque. Il les préserve pour les soignants. "Le virus a tué une personne à Leval, une commune voisine. Rapidement, le corps a été placé dans une housse. La famille ne pouvait plus l'approcher. Pour elle, ça été très brutal. Cette histoire m'a beaucoup touché. Alors oui... j'ai la trouille."

 

Sur le même sujet

Les + Lus