Coronavirus. "Le Covid-19 est toujours là mais nous le contrôlons" : le directeur de l'ARS fait le point sur l'épidémie

Le directeur de l'ARS fait le point sur l'épidémie de coronavirus dans les Hauts-de-France. Son discours est rassurant et prudent.

© PHOTOPQR/LE COURRIER PICARD/MAXPPP

Rassurant mais prudent. Etienne Champion, directeur de l'Agence régionale de Santé des Hauts-de-France, constate que l'épidémie de coronavirus n'est plus aussi virulente qu'il y a quelques semaines. 

 

Où en est l'épidémie de coronavirus dans les Hauts-de-France ?

Etienne Champion :  "Le virus circule toujours. Comme l'a dit Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique, l'épidémie est sous contrôle. Ça veut dire deux choses : d'une part, elle est toujours là mais nous la contrôlons. Elle existe toujours mais elle est sous contrôle. 

 

 

Pourquoi ne peut-on pas dire que le virus a disparu ?

Il y a tous les jours des cas nouveaux. Tous les jours, entre 50 et 100 personnes tombent malades dans la région. Cela ne veut pas dire qu'il sont dans une situation grave. Dans la plupart des cas, c'est bénin. Mais il y a encore, chaque jour, quelques cas graves dans la région.

 

Etienne Champion, directeur de l'ARS Hauts-de-France, ce vendredi, par Skype
Etienne Champion, directeur de l'ARS Hauts-de-France, ce vendredi, par Skype © FRANCE 3

 

Continuez-vous à identifier des clusters (foyers de contamination) ?

Régulièrement, oui. C'est le travail de l'Agence régionale de santé. Nous intervenons sur des clusters qui doivent être pris en charge, dans lesquels nous organisons des dépistages pour casser les chaînes de transmission. Nous avons aussi des actions dans les quartiers. Nous proposons des consultations et des dépistages qui nous permettent de vérifier qu'il n'y a pas là une circulation du virus au-delà de ce qu'il peut y avoir en général.

Combien de tests quotidens sont réalisés dans la région ?

Tous les jours, dans la région, il y a 3 à 4000 tests qui sont faits (un peu moins le week-end). La grande majorité de ces tests sont faits sur des citoyens qui ont une prescription médicale. Sur ces tests, on en a environ 2% qui sont positifs. Ce qui est beaucoup moins qui ce qui pouvait être le cas lorsque l'épidémie était forte (10-20%). Mais ça reste quand même une circulation virale.

Quel est le message que vous faites passer aux habitants des Hauts-de-France ?

On a une stratégie que l'on résume en 3 mots : protéger, tester, isoler. Protéger c'est appliquer des gestes barrière, avoir une attitude citoyenne. Tester à chaque fois que c'est nécessaire et le plus largement possible. Et puis isoler les personnes qui sont malades pour casser les chaînes de transmission.

Le message n°1, c'est de profiter de la vie. Le déconfinement  c'est ça : profiter de la vie de manière responsable, de manière citoyenne en faisant attention. porter le masque dans les transports, respecter les distances, pas d'embrassades... Il faut respecter encore pendant quelques temps ces règles, rester vigilants. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter