Coronavirus Covid-19 : des laboratoires d'analyse médicale ouvrent des drives de dépistage dans le Nord Pas-de-Calais

Il est désormais possible de se faire dépister dans sa voiture, sur des parkings de laboratoires d'analyse de la région Hauts-de-France. Attention, sous certaines conditions, et uniquement sur ordonnance. Mode d'emploi avec le biologiste à la tête du drive d'Orchies (Nord), en cours d'installation.
Un test Covid-19 réalisé en Allemagne dans un drive, le 27 mars 2020
Un test Covid-19 réalisé en Allemagne dans un drive, le 27 mars 2020 © Ronny Hartmann / AFP
Le drive de dépistage d'Orchies (Nord) doit ouvrir jeudi matin. Le patron du laboratoire orchésien Unilabs, le docteur Philippe Henaut, prépare le terrain. C'est lui qui, en tant que biologiste, accueillera les patients sur le parking et effectuera des prélèvements naso-pharyngés, sans qu'ils soient amenés à quitter leur véhicule. D'autres vont ouvrir ailleurs dans le Nord et le Pas-de-Calais. Comme partout en Europe depuis quelques semaines. 
 

Pourquoi ce drive ?


"À la demande de l’OMS, le gouvernement a promis des dépistages massifs du Covid-19. On va désormais pouvoir participer, à notre échelle. Au départ les tests se faisaient uniquement en milieu hospitalier, là c'est un moyen de les aider. Pour l'instant, le nombre de tests disponibles reste limité. Ca augmente tous les jours. La capacité de prise en charge augmente. Mais on n'en est pas encore à pouvoir accepter toutes les personnes, comme c'est le cas en Allemagne.

Nos deux objectifs principaux sont d'abord de savoir si on peut maintenir dans le circuit des soins des professionnels de santé symptomatiques. Et ensuite de déterminer si des personnes dites fragiles ou à risque sont atteintes ou non
."
 
 

Tout le monde ne pourra pas bénéficier de ce drive ?


"Non. Les personnes susceptibles d'être dépistées dans un drive doivent :

- présenter des symptômes compatibles avec le Covid-19 : fièvre, toux, signes d'essouflement et de dyspnée, absolument sans signe de gravité. Pour les cas graves, ils doivent être transportés en milieu hospitalier par le Samu.

- et entrer dans une certaine catégorie de personnes.


Il peut tout d'abord s'agir de personnel de santé. Le but étant d'investiguer pour savoir si ces personnes peuvent continuer à travailler ou si elles sont potentiellement contagieuses, auquel cas elles doivent être placées en quatorzaine.

Ensuite, toute personne fragile dite à risque, donc : 

- de plus de 70 ans, ou
- avec des antécédents cardiovasculaires, ou
- diabétique insulinodépendant, ou
- sous corticothérapie, ou
- suivant un traitement immunodépresseur, ou
- potentiellement donneur d'organes, de tissus, de cellules souches, ou
- enceinte, quel que soit l'âge de la grossesse.

Toutes ces personnes doivent être testées, sous réserve qu'elles présentent des symptômes."

 

Comment ça marche ?


"Nous allons réaliser plusieurs dizaines de tests chaque jour, sur rendez-vous uniquement. Les gens appellent le labo le matin, au 0320717006 et prennent rendez-vous. Il faut nous faire parvenir une copie de l'ordonnance, un scan, ou même une photo par mail. Elle doit mentionner dans quel contexte ce dépistage est demandé.

On démarre pour les rendez-vous pour l'instant de 9h30 à 11h30, du lundi au vendredi, mais ça pourrait évoluer.

Cela va se passer sur le parking, devant le laboratoire. Il y aura un agent municipal à l'entrée. La personne se présentera en voiture, vitre fermée, et devra montrer sa pièce d'identité par la vitre. Pour vérifier qu'elle est bien sur la liste. La rue d'accès sera mise en sens unique et la file de droite sera réservée aux patients Covid. A l'autre bout de la file, une personne régulera la circulation, parce qu'on est à côté d'une clinique vétérinaire.

Le patient restera dans sa voiture. C'est moi qui l'accueillerai, avec une infirmière. S'il s'agit d'un personnel de santé, il pourra réaliser le prélèvement lui-même. Sinon, je le ferai, par la fenêtre de la voiture. Je serai équipé d'un masque, d'une surblouse, d'une combinaison, de lunettes de protection, d'une charlotte et de gants...

L'opération sera très rapide, trois à cinq minutes seulement."


Quel sera le rôle de l'infirmière ?


"L'infirmière désinfectera à chaque fois les gants à la solution hydroalcoolique, et la partie extérieure du tube qui va contenir l'écouvillon, sorte de grand coton-tige avec lequel j'aurai fait le prélèvement.

Le tube désinfecté sera scellé dans trois sachets, et placé dans une boîte Covid-19, traitée indépendamment des autres analyses, dans un laboratoire de la région parisienne. Les résultats seront accessibles 24 à 48 heures plus tard."
Unilabs à Orchies, où un drive est en cours d'installation
Unilabs à Orchies, où un drive est en cours d'installation © P. Henaut


Combien de drives allez-vous ouvrir dans les Hauts-de-France ?


Un par unité fonctionnelle. A Unilabs, nous en avons cinq.

1. Pour la zone Bruay-la-Buissière - Barlin - Saint-Pol-sur-Ternoise, le drive de Bruay est déjà en fonctionnement.
2. Pour la zone Flines-lez-Raches - Somain - Orchies, le drive ouvrira à partir de jeudi 2 avril.
3. Pour la zone de Roy - Montdidier en Picardie, nous prévoyons d'ouvrir un drive à Montdidier prochainement.
4. Pour la zone Merville - Estaires - Isbergues, le drive d'Estaires est ouvert.
5. Enfin pour la zone Liévin Rocade - Liévin centre - Bully-les-Mines, Nœux-les-Mines, le drive de Liévin Rocade doit ouvrir très bientôt.


A noter que le laboratoire est en quête de charlottes, gants, lunettes de protection, masques et combinaisons à usage unique.
Tel : 03 20 71 70 06.
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société