Coronavirus - Déconfinement : les campings souhaitent pourvoir au moins accueillir les résidents en mobil-home

Fermés comme tous les hébergements d'accueil du public, dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, les campings plaident pour une réouverture. L’Union des hôteliers de plein air a écrit aux préfets, pour au moins, accueillir les propriétaires de mobil-homes.
Ils auraient dû rouvrir pour le début de la saison, au 1er avril. Les campings de la Côte d’Opale n’en finissent pas d’attendre de pouvoir accueillir enfin leur clientèle. Le littoral est un secteur très prisé et beaucoup d’établissements ont une vocation de "résidence secondaire" : une clientèle fidèle qui a investi dans un mobil-home et revient d’année en année.
 

Des sanitaires Covid 


Toujours fermés, malgré le déconfinement et toujours en attente de consignes sanitaires précises, la plupart des gérants de l’hôtellerie de plein air se disent très inquiets. " Les charges continuent de courir. Les travaux de maintenance sont terminés et les salaires des personnels sont à assurer ." À Ambleteuse, Guillaume Martin, directeur du camping l’Èglantier s’interroge sur la meilleure façon d’accueillir ses clients.

" Chaque année, nous avons plus de 130 personnes qui s’installent pour 6 mois. Ils arrivent aux vacances de Pâques et repartent en octobre. Des résidents vieillissants, pour qui nous sommes une seconde famille et qui attendent tout l’hiver de venir s’installer au bon air de la mer. J’ai prévu des masques en tissu pour mon personnel mais aussi pour les résidents. Près de 40 % ont plus de 70 ans et nous ne souhaitons prendre aucun risque pour leur santé. "
 

Pour lui, l’accueil des résidents en mobil-homes, en caravanes ou en camping-cars, peut se faire dans le respect des normes " sanitaires covid. Tous ceux qui pourront avoir une gestion autonome de leur quotidien, wc personnel, douche et cuisine indépendantes, seront installés chez nous. Nous ne pourrons pas ouvrir les sanitaires communs, donc chacun devra être indépendants pour éviter d’être en contact avec les autres résidents. »


Pas d’hébergement de passage


Idéalement situé 300 mètres de la plage, le camping n’accueillera pas les clients de passage, comme les Belges et Hollandais qui a eux seuls formaient 50% de cette clientèle. " Il est donc, pour nous primordial, que l’hébergement résidentiel soit rapidement disponible. Pour nous, comme pour nos habitués, car les priver de leur bouffée d’air annuelle est une perte économique mais surtout une grande tristesse pour tout le monde !", souligne Guillaume Martin.

" Et puis, je commence à avoir beaucoup de résidents qui me réclament un geste commercial. Je vais leur offrir un avoir sur l'électricité ou un bon d'achat même si mes propres charges n'ont pas baissé .."

 

Une urgence et une injustice ressenties par tous les professionnels du secteur :  " On ne trouverait pas logique que les avancées pour les Gîtes de France ou les aires de campings cars puissent être envisagées et pas pour les 200 établissements de l’hôtellerie de plein air que l'on trouve dans le Pas-de-Calais "  réagit Thierry Limantour,  gérant du caravaning Les Tourterelles à Rang-du-Fliers et président de l’Union des hôteliers de plein air  -UHPA - du Pas-de-Calais.

 


Signature d'arrêté préfectoral définitif pour cette semaine

 

Un enjeu économique de taille mais aussi, pour lui, une mission sociale importante : " Nous avons écrit aux préfets de chacun des 5 départements des Hauts-de-France, nous sommes en contact avec la Préfecture de Région. La majorité de nos habitués se trouvent dans un périmètre de 100 km, nous accueillons un public pour qui l’hébergement de plein air est vital. Pas question de jouer avec la sécurité, ni de créer des déplacements de masse, nous en sommes parfaitement conscients. "

Pour lui, tout a été envisagé :

 



Avec les autres présidents de la fédération, il plaide pour une réouverture rapide des campings. " On avance pas à pas, la signature d’un nouvel arrêté est pour cette semaine, je pense. 80 % des emplacements sont occupés par des propriétaires de mobil-homes, plutôt d'origine modeste." Le confinement a stoppé net la reprise de la saison mais les professionnels mettent tout en œuvre pour assurer les mois d’été qui arrivent.

Dans les Hauts-de-France, les 550 établissements de plein air attendent d‘apporter comme chaque année " leur bouffée d’oxygène nécessaire à des milliers de personnes. "

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
côte d'opale nature parcs et régions naturelles loisirs sorties et loisirs covid-19 santé société déconfinement