Coronavirus chez nos voisins : une employée du rail meurt du Covid-19 à Londres après qu'on lui a craché dessus

Une employée des chemins de fer britanniques est morte du nouveau coronavirus le mois dernier après qu'une personne prétendant être contaminée lui a délibérément craché dessus, a indiqué ce mardi le syndicat de son secteur.
La gare Victoria, à Londres, où travaillait l'employée décédée des suites du coronavirus.
La gare Victoria, à Londres, où travaillait l'employée décédée des suites du coronavirus. © ANDY RAIN/EFE/Newscom/MaxPPP
Belly Mujinga, 47 ans, qui travaillait à la gare londonienne de Victoria, a ressenti les symptômes du virus après une agression qui l'avait visée elle et un collègue, survenue le 22 mars.  "Ils étaient dans le hall à côté du guichet, lorsqu'ils ont été agressés par un usager qui leur a craché dessus", a expliqué le syndicat TSSA dans un communiqué. "Un homme leur a toussé dessus et leur a dit qu'il avait le virus."
   
Quelques jours plus tard, le médecin de Mme Mujinga lui a prescrit un arrêt maladie, notant qu'elle souffrait de problèmes respiratoires, a ajouté la TSSA. Elle s'est alors arrêtée de travailler, mais son état n'a cessé d'empirer, nécessitant une hospitalisation et une mise sous respirateur le 2 avril. Belly Mujinga est décédée trois jours plus tard, laissant derrière elle son mari et sa fille de 11 ans, qui n'avaient pu la revoir depuis son départ en ambulance.
 

La compagnie employant la victime, Southern Railway, a assuré prendre l'affaire "très au sérieux" et avoir lancé une enquête interne. La police britannique des transports a ouvert une enquête, selon TSSA, qui a indiqué avoir demandé au régulateur du transport ferroviaire de se pencher sur les événements.
 

Selon le syndicat, "il y a de sérieuses questions sur sa mort, elle n'était pas inévitable". Le secrétaire général du syndicat, Manuel Cortes, a demandé à ce que les familles de tous les travailleurs du secteur tués par la maladie Covid-19 reçoivent une indemnisation du gouvernement, comme c'est déjà le cas pour les soignants.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société royaume-uni international