Coronavirus : dans une résidence non médicalisée de Mouvaux, des personnes âgées cousent des masques pour le personnel

© S. Telenczak
© S. Telenczak

Au Vallon-Vert, résidence non médicalisée pour personnes âgées près de Lille, les résidents ont en moyenne 83 ans. Pour pallier le manque de masques, trois d'entre eux se sont mis à la couture et fournissent les soignants et les pensionnaires. Ils manquent de tissu et lancent un appel aux dons.

Par Virginie Demange

"Elles sont très dégourdies, elles savent tout faire, bref, elles sont géniales." Le ton est donné. Sylvie Telenczak, directrice du Vallon-Vert, résidence non médicalisée pour personnes âgées à Mouvaux dans la métropole lilloise, ne cache pas son admiration pour ses pensionnaires.

"Elles" s'appellent Georgette, Jeannine et Suzanne, et elles produisent, chaque jour, des masques en tissu pour les résidents et les soignants.
 
Suzanne, Georgette et Jeannine, les couturières du Vallon-Vert à Mouvaux / © S. Telenczak
Suzanne, Georgette et Jeannine, les couturières du Vallon-Vert à Mouvaux / © S. Telenczak

Se rendre utile, absolument


"Une semaine avant le début du confinement, je le sentais venir, raconte Sylvie Telenczak, à la tête de l'établissement depuis 2014. Même si la résidence n'est pas médicalisée, c'est une résidence autonomie. J'ai 85 résidents, d'une moyenne d'âge de 83 ans et demi. Je me doutais bien que l'ARS allait nous demander de nous confiner. J'avais donc précommandé des masques chirurgicaux pour mon équipe."

Sauf que rapidement, les masques en question viennent à manquer. "Une commerçante, qui tient le salon de toilettage "Oscar Oscar", m'a dit qu'elle voulait s'investir dans les masques. J'ai trouvé que c'était une chouette idée. Pour le personnel, mais aussi pour "mes" résidents, je voulais qu'ils soient protégés."

Très vite, l'idée s'est propagée, et chacun a voulu se rendre utile, dans la mesure de ses possibilités, pour aider au bon fonctionnement du Vallon-Vert. Des résidents se sont investis, pour du jardinage, ou même pour désinfecter à tour de rôle les rampes avec de l'eau de Javel. "Et puis on a dans la résidence des couturières qui ont voulu aider. "
 

C'est ainsi que Suzanne Deleligne ("Tiens, elle vient de m'en déposer dix aujourd'hui !"), Georgette Quyntin et Jeannine Pottier se sont mises à coudre des masques, confinées chacune dans sa chambre.

"Vous parlez de guerre, mais ils sont où, les militaires ?" - une résidente du Vallon-Vert


"Ce n'est pas facile de leur expliquer qu'elles ne peuvent pas travailler côte à côte, déplore la directrice. Depuis le début du confinement, je reste sur place 24 heures sur 24. A ce jour, j'ai zéro malade. J'en ai zéro, et j'en veux zéro."

Alors, pour faire passer le message, "toutes les semaines, on leur envoie un petit journal. On a écrit par exemple qu'on n'avait aucun cas, et que si la maladie devait arriver, elle viendrait de l'extérieur. Conclusion, on reste chez soi et non, on ne sort pas faire une petite balade. On aura bien le temps de boire l'apéro et de faire des barbecs quand tout ça sera fini."

"C'est dur pour mes résidents,
ajoute encore Sylvie. Pour eux qui ont souvent connu la guerre, c'est une privation de liberté. Une dame m'a demandé l'autre jour "Vous parlez de guerre, mais ils sont où, les militaires, on ne les voit pas, ils sont cachés ?" Comment faire comprendre qu'on se bat contre quelque chose d'invisible ?"

Appel aux dons


"J'ai aussi des résidentes qui tricotent tout au long de l'année, pour une association en Afrique, l'Ordre de Malte. C'est fou tous ces talents, moi je suis nulle, je ne sais rien faire, s'amuse la directrice. Elles font de la layette et des couvertures et elles commencent à arriver à court de laine."

Alors Sylvie lance un appel aux dons. "C'est possible de venir nous déposer de la laine, mais aussi du tissu, car nous n'en avons plus beaucoup non plus, hélas. Nous pourrons réceptionner les paquets à la grille, et désinfecter le tout ensuite." Il suffit pour cela, auparavant, de passer un coup de fil à cette sympathique et dynamique directrice.


Résidence du Vallon-Vert, 2, allée du Béguinage à Mouvaux. Tél. : 03 20 36 00 37.

 

Sur le même sujet

Les + Lus