Covid-19 : dans les Hauts-de-France, baisse du nombre de patients hospitalisés mais les contaminations augmentent

Le nombre de patients hospitalisés pour Covid-19 baisse dans les Hauts-de-France et le taux d'incidence est situé sous le seuil d'alerte fixé à 50. Mais le nombre de cas positifs augmente et la progression du variant Delta inquiète.
Test PCR réalisé lors d'une opération de dépistage de la Covid-19 - Illustration
Test PCR réalisé lors d'une opération de dépistage de la Covid-19 - Illustration © Frederik Giltay

Dans les Hauts-de-France comme partout dans le pays, la situation sanitaire est scrutée de près par les autorités et l’Agence Régionale de Santé en appelle à la vigilance de chacun pour éviter une reprise de l’épidémie.

En parallèle, la vaccination s’accélère après les annonces du président de la République. Au 12 juillet, 2 522 041 habitants de la région sont pleinement vaccinés selon Santé Publique France. "On est plutôt dans la tendance basse de croissance mais on est toujours en croissance. C’est la course contre la montre, variant contre vaccin", résume Philippe Amouyel, épidémiologiste et professeur de Santé publique au CHU de Lille.

Un taux d’incidence régional sous le seuil d’alerte

Sur la semaine du 6 au 12 juillet 2021, le taux d’incidence s’élève à 21 dans les Hauts-de-France. 

Seuls les jeunes âgés de 20 à 29 ans enregistrent un taux d’incidence supérieur au seuil d’alerte dans notre région, puisque Santé Publique France a recensé 57 cas positifs pour 100 000 la semaine dernière.

Après une baisse sans discontinuer depuis plusieurs semaines, les contaminations repartent à la hausse dans quatre des cinq départements de la région depuis le début du mois de juillet. En témoigne le taux de positivité des tests : il est passé de 0,6 à 1 en 15 jours. Seul le département du Pas-de-Calais enregistre une baisse des cas positifs sur la même période.

… mais des contaminations en hausse

Dans le Nord par exemple, 380 personnes avaient été testées positives la dernière semaine de juin contre 595 la semaine dernière.

Même constat dans la Somme qui enregistre actuellement le taux d’incidence – c’est-à-dire le nombre de cas positifs pour 100 000 habitants – le plus élevé de la région avec 44,4. Il reste cependant sous le seuil d’alerte fixé à 50 par le gouvernement.

Dans le département de la Somme, la hausse soudaine des contaminations s’explique par la progression significative du variant Delta dans les cas détectés. Au 14 juillet, les autorités sanitaires estiment à 87,2% la part du dit-variant dans les cas détectés, soit  un pourcentage supérieur de plus de 20 points à la moyenne régionale enregistrée à la même date.

Baisse du nombre de patients hospitalisés et en réanimation

Dans les hôpitaux de la région, le nombre de patients hospitalisés pour Covid-19 continue sa baisse et a été divisé par trois depuis la levée du troisième confinement début mai. 1091 patients sont actuellement hospitalisés, soit 100 de moins qu’il y a quinze jours.

Même constat dans les services de réanimation, où 137 patients Covid-19 occupent au 15 juillet un lit de soins critiques. À titre de comparaison, 718 patients étaient admis dans les services de réanimation de la région au plus haut de la troisième vague, le 25 avril dernier.

Mais le professeur Amouyel prévient, un impact potentiel est à prévoir sur les services d’hospitalisation et de réanimation au début du mois d’août si la hausse des contaminations se poursuit. "On est quand même dans une quatrième vague parce qu’on a changé de variant. Mais elle n’est pas nécessairement comme la première, la seconde et la troisième vague, explique-t-il.Il faut anticiper, c’est ce qui est fait aujourd’hui et je m’en réjouis".

Selon lui, un seul outil pour éviter une nouvelle flambée de l’épidémie dans la région : vacciner, et vite.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société