Covid-19 : l'épidémie progresse sans exploser dans les Hauts-de-France

Publié le
Écrit par Martin Fort

Selon le dernier point de l'ARS Hauts-de-France, le taux d'incidence dans la région est de 143 et 734 personnes sont à l'hôpital pour Covid-19.

À l'image de ce qu'il se passe en France, le taux d'incidence (soit le nombre de cas de Covid-19 pour 100.000 habitants) a augmenté ces dernières semaines dans la région Hauts-de-France. Il est passé de 100 la semaine du 26 juillet au 1er août à 143 celle du 9 au 15 août. Ce taux reste largement plus bas que celui de l'ensemble du territoire : 245. 

À l'échelle des départements, le taux d'incidence dans le Nord (188) est largement supérieur à celui de l'Oise (134), le deuxième plus touché. Viennent ensuite le Pas-de-Calais (110), l'Aisne (90) et la Somme (85). 

S'ils progressent encore, les taux d'incidence de la région, et celui de la France, n'augmentent plus de façon exponentielle comme il y a quelques semaines. 

Mais cette progression du taux d'incidence pèse quand même sur l'hôpital. Les hospitalisations pour Covid-19 dans la région sont en effet en augmentation : au 18 août, il y en avait 734 contre 675 une semaine avant. Aussi, 121 personnes sont dans les services de réanimation à cause de l'épidémie. 

Des chiffres à remettre en perspective avec ce qui s'est passé au plus fort de l'épidémie dans les Hauts-de-France : le 7 avril 2021, 3.708 personnes atteintes du Covid-19 étaient l'hôpital. Au total, rien que dans les hôpitaux des Hauts-de-France, ce sont 9398 personnes qui sont décédées depuis le début de l'épidémie. 

Les autorités misent toujours sur la vaccination pour éviter que l'épidémie ne s'aggrave. 4.185.078 habitants ont reçu au moins une injection et 3.551.073 habitants de la région sont pleinement vaccinés au 18 août selon les données de Santé publique France.

Mais à quelques semaines de la rentrée scolaire, ce sont les écoliers qui font l'objet d'un attention particulière. Au 18 août, dans le Nord, le taux de vaccination des jeunes scolarisés de 12 à 17 ans était de 60%. "Les moins vaccinés, ce sont les adolescents. Mais je pense que la situation va évoluer probablement à la rentrée", explique Philippe Froguel, professeur à l'Université Lille 2.

Pour faire grimper ce chiffre, le préfet du Nord a annoncé que les parents d’élèves seront contactés par les établissements avant la rentrée des classes. Les familles souhaitant faire bénéficier leur enfant de la vaccination devront fournir une autorisation parentale pour les élèves de moins de 16 ans.