Covid : Un test négatif de moins de 48h obligatoire pour aller en Belgique, sauf pour travailler ou faire ses courses

À partir du 25 décembre, il faudra présenter un test négatif au Covid-19 de moins de 48 heures pour se rendre en Belgique. Ne sont pas concernés les voyages de moins de deux jours pour. Il reste donc possible de venir travailler ou faire ses courses à la frontière librement.

Une mesure qui ne s'applique pas aux frontaliers venant travailler ou faire leurs courses en Belgique.
Une mesure qui ne s'applique pas aux frontaliers venant travailler ou faire leurs courses en Belgique. © MaxPPP

Face à une situation sanitaire critique, la Belgique a décidé de durcir ses restrictions. "Les voyageurs qui ne sont pas ressortissants de notre pays, et qui viennent dans notre pays, devront montrer un test négatif qui date de maximum deux jours, pour avoir accès à notre territoire", a déclaré Alexander De Croo, le Premier ministre belge, dans une conférence de presse, le 18 décembre 2020. Autrement dit, sans test négatif de moins de 48 heures, il est interdit à tout étranger, Français compris, de se rendre en Belgique.

Des exceptions pour travailler ou faire ses courses

Mais attention, cette mesure ne s'applique que pour les séjours de plus de deux jours. "Quand on parle de voyage, il ne s'agit pas d'un séjour de 48 heures ou de moins de 48 heures, a précisé le ministre de la Santé belge, Frank Vandenbroucke. Les frontaliers, il ne s'agit pas de cela. Il s'agit des séjours de plus de 48 heures", a-t-il ajouté, laissant entendre que les voisins de la Belgique, dont les Français, pourraient continuer de venir faire leurs courses ou travailler sans devoir présenter ce fameux test négatif.

Un formulaire à remplir

Pour prouver que votre présence sur le territoire belge sera inférieure à 48 heures, les autorités belges indiquent qu'il faut remplir un formulaire Passenger Locator Form (formulaire de localisation du passager).

Pourquoi cette mesure ?

"Aujourd'hui les chiffres restent trop élevés, ils sont nettement au-delà de la fin de la première vague, s'inquiétait Alexander De Croo, le Premier ministre belge, le 18 décembre. La baisse des contaminations s'est arrétée et la baisse des hospitalisations a ralentie." Avant d'alerter sa population : "Cela pourrait être le début de la troisième vague. Mais nous pouvons l'éviter."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
belgique international coronavirus/covid-19 santé société