Crise du lait : les agriculteurs poursuivent leurs actions dans la région

La FNSEA continue d'organiser des actions contre le groupe Lactalis, le leader mondial du lait et du fromage pour obtenir un meilleur prix d'achat du lait. A Clermont dans l'Oise, ils ont bloqué les entrées d'un site Lactalis le lundi 29 août.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Plusieurs sites de Lactalis, dont celui de Clermont dans lOise, ont été occupés lundi soir par les producteurs de lait qui dénoncent la politique tarifaire du géant laitier. Des actions menées après l'échec des négociations entamées jeudi dernier à la Maison du Lait à Paris, puis vendredi à Laval. La FNSEA avait annoncé dimanche cette mobilisation pour tenter de forcer le n°1 mondial du lait à remonter ses prix d'achat,

Lundi, le secrétaire général de la FNSEA Dominique Barrau n'avait pas donné "de recommandation précise" sur le prix, laissant juges sur ce point les organisations de producteurs qui participent aux négociations. 

Lactalis avait dans un premier temps accepté le prix de 280 euros proposé par le médiateur des relations commerciales, que les organisations de producteurs avaient cependant refusé.

Ensuite, l'industriel avait proposé une augmentation de 15 euros par tonne de lait, soit environ 271 euros les 1.000 litres, un geste perçu comme un camouflet par les agriculteurs, qui estiment leur coût de production à 300 euros les 1 000 litres contre 250 euros aujourd'hui. 


Cet après-midi à Abbeville, des stickers seront distribués dans des grandes surfaces à partir de 14h30, pour sensibiliser les consommateurs à leur cause.