Dany Boon : épinglé par Mediapart pour des pratiques présumées d'optimisation fiscale, il répond sur Facebook

Dany Boon, le 13 mai 2018 / © VALERY HACHE / AFP
Dany Boon, le 13 mai 2018 / © VALERY HACHE / AFP

Dany Boon a publié un court message sur sa page Facebook en réponse à l'enquête de Mediapart publiée ce mercredi. Il assure que toutes ses économies sont "légalement placées".

Par EM

Dany Boon sort du silence. Il a refusé toutes les interviews aux médias (Mediapart, AFP...) sur le sujet de ses prétendus manoeuvres d'optimisation fiscale mais il a décidé de s'exprimer sur Facebook.

"Depuis hier on m’interroge, je vais vous rassurer immédiatement, écrit-il. J’ai toujours payé, je paye et je paierai toujours tout l’impôt là où il m’est réclamé partout où j’exerce mes activités professionnelles et artistiques. Je suis fier d’avoir payé en France en 2018, sur mes revenus 2017, un impôt très important correspondant à un taux d’imposition de près de 50%. Toutes mes économies placées le sont légalement et déclarées dans le strict respect du droit et du devoir fiscal."
 


Mediapart mettait en doute mercredi le "patriotisme fiscal" du comédien-réalisateur nordiste, affirmant, documents à l'appui, que l'acteur et réalisateur vedette "enchaînait les résidences fiscales à l'étranger, avec des investissements dans des fonds spéculatifs controversés"
 


Le site d'investigation en ligne évoquait également une demande de Dany Boon en 2016 pour "que le droit fiscal français sur l’héritage ne s’applique pas à son patrimoine". Le comédien-réalisateur nordiste répond précisément et avec humour sur ce point : "Suite à une crise d’hypocondrie aiguë que je ne m’explique toujours pas, je n’ai déposé qu’un seul et unique testament et il est chez un notaire en France."


"Je voulais payer mes impôts en France"


L'enquête-vidéo de Mediapart sur la troisième personnalité préférée des Français (selon le dernier sondage du Journal du Dimanche), évoque des résidences fiscales aux Etats-Unis puis en Grande-Bretagne et détaille onze investissements dans des fonds spéculatifs voraces, des "Hedge Funds", notamment en 2014 et 2015, passant par des paradis fiscaux aux Bahamas et les îles Caïmans.

Elle pointe surtout les discordances prétendues entre les déclarations médiatiques de Dany Boon et ses pratiques fiscales réelles. "C'est la mise en scène par Dany Boon de son patriotisme fiscal qui a suscité un mouvement de sources vers nous", estime le journaliste de Mediapart Fabrice Arfi dans la vidéo mise en ligne par le site

En mars 2018, le réalisateur de "Bienvenue chez les Ch'tis", le plus gros succès en France pour un film hexagonal (20,5 millions d'entrées), avait assuré sur France 5 avoir refusé de créer une structure au Luxembourg pour diminuer ses impôts. "Je voulais payer mes impôts en France", avait-il affirmé sur le plateau de "C à vous". Un mois plus tôt, dans l'hebdomadaire Marianne, il indiquait payer "50% d'impôts en France". "J'ai gagné cet argent grâce à mon pays, à l'éducation que j'y ai reçue, c'est normal que ça lui revienne", ajoutait-il.  
 

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Dimanche en politique - 30 ans après l'affaire du voile à Creil, reste-t-il des traces ?

Les + Lus