Déconfinement : les habitants des Hauts-de-France vont-ils recevoir un chèque-tourisme ?

Annoncé par Frédéric Leturque, président du Comité régional de tourisme, la mise en place d'un chéquier tourisme pour redynamiser l'activité de la région est mise à mal. Faute de financements disponibles, le CRT se rallie à une proposition similaire du gouvernement qui reste à voter. 

 

Les habitants des Hauts-de-France pourront-ils profiter d'un chéquier tourisme pour pouvoir partir en vacances ?
Les habitants des Hauts-de-France pourront-ils profiter d'un chéquier tourisme pour pouvoir partir en vacances ? © SERGIO ROSENSTRAUCH - FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
Interrogé sur le plateau de BFM Lille, le 14 mai dernier en début de matinée, le maire d’Arras et président du Comité régional de tourisme, Frédéric Leturque, annonçait la "création d’un chéquier tourisme qui permette aux habitants de la région d’être soutenus dans les dépenses qu’ils feraient en région Hauts-de-France".

Quel montant ? Quelles modalités pratiques ? Aucun détail n'est donnée mais le modèle semble clairement proche de celui des chèques-vacances ou chèque-déjeuner. Il s'agirait d'une somme allouée aux habitants qu'il devraient dépenser obligatoirement dans des infrastructures de tourisme dans les Hauts-de-France.
 
Une annonce forte mais coûteuse qui entraîne le rétropédalage du Comité régional de tourisme quelques jours plus tard. Les habitants des Hauts-de-France seront-ils donc privés d’un tel chéquier ? Retour en arrière.
 

Le chèque-tourisme, "une mesure forte"


Dès le 14 mai, le président du Comité régional du tourisme fait la promotion de ce dispositif qui s'inscrit dans un plan régional de relance plus global. Dans son communiqué de presse, il met en exergue ce chéquier tourisme comme "une mesure forte" du plan. 
 
Mais quelques jours plus tard, le responsable de la communication du Comité régional du tourisme revient sur la mesure : "Le gouvernement travaille sur un projet de chèque-vacances dans la région pour inciter les habitants. C’est de ce chèque-vacances dont parlait le président Frédéric Leturque"
 
Pourtant, l’annonce de Frédéric Leturque avait bien été faite plusieurs heures avant le dévoilement, par le ministère, du plan pour le tourisme. Et même avant l’intervention du Secrétaire d’Etat au Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, sur Europe 1, dans laquelle il détaille cette idée de chéquier vacances.
 


Un chéquier-vacances proposé par le gouvernement


"Je travaille avec les régions de France pour que nous puissions aider au départ un maximum de familles avec un chèque qui pourra représenter plusieurs centaines d’euros.", précise-t-il au micro de la radio privée.

C'est en réalité le lendemain que le président du Comité régional de Tourisme reprend l’extrait de l’intervention du secrétaire d’Etat sur Twitter et rétropédale par rapport à sa première annonce : "‘Chèque vacances’ ou ‘chèque tourisme’ comme je le propose, peu importe le nom. L’essentiel est d’offrir du ressourcement aux habitants tout en relançant l’économie touristique."
 


Trop coûteux pour la région ? 


Cette mise en retrait après avoir présenté la mesure à plusieurs reprises comme résultant de son initiative s’expliquerait par un manque de moyens : "Cette idée lancée par notre président, serait en effet difficile à mettre en place (moyens financiers et humains)", reconnaît la communication du CRT. 
 
En conclusion, la possibilité que les habitants des Hauts-de-France reçoivent un chéquier pour les inciter à consommer lors de leurs vacances reste sur la table du gouvernement mais pas sur celle de la région et n’est pas encore votée.

De plus, ce chéquier s’inscrirait dans un plan de "tourisme social", c’est-à-dire que dans sa forme actuelle, il ne serait pas distribué à l’ensemble des habitants mais seulement aux familles dans le besoin pour "faciliter le départ en vacances". 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société tourisme économie région hauts-de-france
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter