Deux chauffeurs du Parlement européen en possession de matériel de propagande de l'EI

Publié le Mis à jour le
Écrit par YR
Le Parlement européen, à Strasbourg, emploie 85 chauffeurs via un société externe.
Le Parlement européen, à Strasbourg, emploie 85 chauffeurs via un société externe. © AFP / FREDERICK FLORIN

Les chauffeurs, suspectés d'être en lien avec l'Etat islamique, ont été licenciés.

Deux chauffeurs travaillant au Parlement européen ont été retrouvés en possession de matériel de propagande de l'organisation "Etat islamique" ("EI" ou "Daech"), selon le quotidien allemand Der Spiegel dans son édition de samedi. Les deux chauffeurs, l'un travaillant à Bruxelles et l'autre à Strasbourg, ont été licenciés. L'institution parlementaire de l'Union européenne n'a pas souhaité réagir dans l'immédiat. La police a ouvert une enquête.

CDs de propagande

Suspectés d'acquointes avec l'organisation terroriste, les deux chauffeurs ont été retrouvés avec des CDs faisant l'apologie de l'EI. Ils appartenaient à deux sociétés privées auxquelles le Parlement européen sous-traite son service de transport. Ces entreprises emploient environ 150 chauffeurs. Cette semaine, le Parlement européen a décidé de créer son propre service dans les deux villes. 

Une nouvelle mise en cause des sous-traitants du Parlement européen, plusieurs semaines après les attentats de Bruxelles qui ont fait 32 morts. Najim Laachraoui, un des kamikazes qui se sont fait exploser le 22 mars à l'aéroport de Zaventeem, avait travaillé pour un service de nettoyage de l'institution européenne. Il était également soupçonné d'être l'artificier des attentats de Paris en novembre, qui avait fait 130 morts. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.