Deux jihadistes belges se sont échappés de leur prison en Syrie

Depuis la ville turque de Sanliurfa, un homme regarde aux jumelles les panaches de fumées au-dessus de la ville syrienne de Ras al-Ain, de l'autre côté de la frontière. / © OZAN KOSE / AFP
Depuis la ville turque de Sanliurfa, un homme regarde aux jumelles les panaches de fumées au-dessus de la ville syrienne de Ras al-Ain, de l'autre côté de la frontière. / © OZAN KOSE / AFP

Deux jihadistes belges qui étaient emprisonnés dans le nord-est de la Syrie se sont échappés de leur centre de détention, ont indiqué les autorités belges.

Par TM avec AFP

Deux jihadistes belges qui étaient emprisonnés dans le nord-est de la Syrie se sont échappés de leur centre de détention, ont indiqué mercredideux députés belges, rapportant les propos du patron de l'agence antiterroriste belge Ocam.

Ce dernier, Paul Van Tigchelt, a annoncé la double évasion à l'occasion d'une audition devant une commission parlementaire. "Cela s'est passé ces derniers jours, depuis l'offensive turque c'est sûr", a précisé l'un des députés interrogés par l'AFP, Georges Dallemagne.
 


"Contrôler les retours éventuels"


Selon des chiffres rapportés par le quotidien Le Soir, 55 combattants terroristes et 69 enfants qui ont un lien avec la Belgique se trouvent dans le nord de la Syrie, qu'il s'agisse de ressortissants belges ou d'étrangers ayant séjourné en Belgique avant leur départ en Syrie.

"Avec le peu d'informations que l'on a, on essaie évidemment de suivre et de contrôler les retours éventuels. Ce ne sont pas non plus des centaines qui vont revenir, on parle ici de 55 personnes, qui ne vont pas toutes réussir à atteindre la Belgique", a pour sa part déclaré le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw.

Le nord-est syrien est en plein chaos sécuritaire depuis l'offensive militaire lancée la semaine dernière par la Turquie voisine, qui cible des Kurdes. L'invasion suscite l'inquiétude quant à l'éventualité de voir des milliers de jihadistes du groupe Etat islamique (EI), notamment les combattants européens, en profiter pour s'évader des centres de détention gérés par les Kurdes.

Selon l'administration locale kurde, 12.000 jihadistes présumés de l'EI sont détenus par les forces de sécurité kurdes dans le nord-est syrien.

 

Sur le même sujet

Les + Lus