Eaux de baignades : en Hauts-de-France, 17 sites de qualité excellente, 25 de bonne qualité, un rétrogradé à suffisante

Publié le
Écrit par Paul-Antoine Leclercq

Comme chaque année, l’ARS et l’agence de l’eau publient leur compte rendu de la qualité des eaux de baignade. Cette année, elle est en amélioration dans l’ensemble des Hauts-de-France. Le Crotoy est la seule zone de la région où la baignade reste interdite. 

La qualité de l’eau est bonne dans les Hauts-de-France. C’est ce que conclut le dernier compte-rendu sur la qualité des eaux de baignade en région Hauts-de-France, réalisé par l’Agence Régionale de Sante (ARS) et l’agence de l’eau Artois-Picardie.

Cette année, 17 sites sont de qualité excellente, 25 sont de bonne qualité et seulement un site, à Audresselles dans le Pas-de-Calais, présente une qualité suffisante. Comme depuis 2018, la baignade reste interdite au Crotoy dans la Somme.

Deux rétrogradations

Avec Cucq, Audresselles est la seule plage de la région où la qualité s’est dégradée par rapport à l’année dernière. Alors qu’elle était bonne en 2019, elle est passée à suffisante en 2020. "C’est le constat d’une dégradation arrivée au fur et à mesure, explique Cathy Célary-Davre de l’Agence de l’eau Artois-Picardie. "Le système d’assainissement n’est pas adapté pour gérer les pics de fréquentation à la période estivale. Il n’est pas en capacité de nettoyer toutes les eaux usées. Donc les pollutions naturelles de la population se retrouvent dans le milieu naturel, c’est-à-dire la mer", détaille-t-elle.

Une mauvaise nouvelle pour la commune, qui s’active, avec l’accompagnement de l’ARS et de l’Agence de l’eau, pour corriger ce problème. "On sait sur quoi il faut travailler, explique Cathy Célary-Davre d’un ton rassurant. C’est difficile de changer un système d’assainissement. L’Agence de l’eau accompagne les collectivités sur ce type d’opération".

Mers-les-bains retrouve une bonne qualité d'eau

Bonne nouvelle cependant pour Mers-les-bains qui retrouve une bonne qualité d’eau de baignade. En 2018, la qualité de l’eau avait été qualifiée d’insuffisante. "Ça a fait beaucoup de bruit quand nous sommes passés en qualité insuffisante, regrette le maire (SE) de la commune, Michel Delépine. Heureusement, ça n’a été que ponctuel. Donc c’est une très bonne nouvelle pour la ville".

Pourtant, d’après Ludovic Lemaire, responsable de la mission littoral à l’agence de l’eau Artois-Picardie, "la commune n’a pas réalisé d’investissements pour améliorer la qualité de l’eau. On se pose la question comment l’eau a gagné en qualité ? Ça peut venir de plusieurs facteurs".

Pour la maire de Mers-les-bains, la réponse est toute trouvée. "Quand on avait des pics avec une eau de mauvaise qualité, ça faisait suite à des épisodes de sécheresse ou d’orages avec des pluies abondantes. On constatait uniquement des problèmes au niveau bactériologique. Il n’y avait pas de pollution industrielle. C’est déjà une bonne chose", assure-t-il.

Baignade toujours interdite au Crotoy

Du côté du Crotoy, la baignade reste interdite pour la troisième année consécutive. "La situation au Crotoy est complexe, explique Ludovic Lemaire. La zone de baignade se trouve au cœur de la baie. Il y a l’exutoire du fleuve Somme".

Il ajoute que "la commune a fait des efforts pour améliorer la qualité de l’eau. Il y a une nouvelle station d’épuration, un travail de fond réalisé avec les campings pour améliorer le système d’assainissement". Mais pour le spécialiste du littoral, Le Crotoy ne peut pas régler tous ses problèmes seuls. "On sait très bien que si on veut atteindre l’objectif qu’on s’est fixé d’une réouverture de la baignade au Crotoy, il faudra que d’autres collectivités fassent des efforts. Le plan d’action doit être beaucoup plus large. Il faut qu’on arrive à mobiliser les acteurs de la baie", plaide-t-il. Il espère une réouverture de la baignade au Crotoy "d’ici 3 à 5 ans".