EDF, loyers, Livret A... : ce qui change au 1er août

Certaines modifications vont impacter vos factures, votre épargne ou votre logement. Voici tout ce qui change à partir du 1er août.

Le livret A ne rapporte plus autant qu'avant

Le livret A, l'ex-placement préféré des Français, voit son taux de rémunération chuter à un niveau jamais vu depuis sa création : 0,75% à partir du 1er août, contre 1% jusqu'à présent. Cette baisse se répercute par ricochet sur les taux d'autres placements à capital garanti dont le taux est fixé par l'Etat, comme le livret de Développement durable (LDD), qui passe lui aussi de 1% à 0,75%, le Compte épargne logement (de 0,75% à 0,50%) ou encore le livret d'Epargne populaire (de 1,50% à 1,25%). 

Electricité : nouvelle hausse des prix EDF

Les foyers abonnés au tarif bleu d'EDF vont voir leur facture d'électricité grimper de 2,5% en moyenne à partir du samedi 1er août. 28 millions de ménages sont concernés. La Commission de régulation de l'énergie (CRE) avait, elle, préconisé une augmentation bien plus importante : 8% sur un an afin que les prix pratiqués permettent de couvrir les coûts du fournisseur historique. 

Côté gaz, l'augmentation sera nulle pour les clients particuliers d'Engie (GDF Suez). Les tarifs réglementés du gaz restent en effet stables au 1er août. 

Le contrat bail-type

Tout bail signé à compter du 1er août en France doit obligatoirement comporter le montant du loyer acquitté par le précédent locataire, le montant et la description des travaux effectués depuis le départ de celui-ci, la liste des équipements du logement. Le contrat de bail-type concerne les locations nues, les colocations à bail unique et les logements meublés, mais ne s'applique ni aux locations du parc social, ni à la colocation à baux multiples, "pour lesquelles un texte distinct sera pris", selon le ministère. Les modalités de récupération des charges, ainsi que les honoraires du professionnel de l'immobilier facturable au locataire, devront également figurer sur ce contrat-type. Le document peut être complété de clauses particulières, "dès lors qu'elles sont conformes à la loi", rappelle le ministère. Une notice d'information qui rappelle les principaux droits et obligations des parties doit aussi être annexée au bail.