Elections européennes : qui sont les candidats originaires des Hauts-de-France ?

Chaque liste est composée de 79 candidats, le nombre de sièges français au Parlement européen / © Frédérik Giltay / France 3 Nord-Pas-de-Calais
Chaque liste est composée de 79 candidats, le nombre de sièges français au Parlement européen / © Frédérik Giltay / France 3 Nord-Pas-de-Calais

Les listes définitives pour les élections européennes du 26 mai ont été dévoilées hier. Qui sont les candidats originaires des Hauts-de-France sur ces listes et lesquels ont une chance d'être élu au Parlement européen dans trois semaines ? Eléments de réponse.

Par Emmanuel Magdelaine et Sami Sadik

33 listes ont déposés ce samedi pour les élections européennes du 26. Toutes n'atteindront pas les 5% nécessaires pour envoyer des députés défendre leurs couleurs au Parlement européen. Parmi les principales listes, qui sont les candidats originaires des Hauts-de-France ?

La République en Marche

Principale recrue de la liste de la majorité présidentielle, l'ancien directeur de WWF France et ancien ministre, Pascal Canfin figure en deuxième position. Né à Arras, il est sûr de rejoindre le Parlement européen. Les sondages donnent entre 20% et 24% à la liste LREM, qui devrait donc envoyer une vingtaine de députés à Strasbourg.

Si ce scénario devait se confirmer, Dominique Riquet (16ème) pourrait conserver son siège au Parlement européen. L’ancien maire de Valenciennes, proche de Jean-Louis Borloo, avait été élu en 2014 sous l’étiquette centriste dans la circonscription Nord-Ouest regroupant les Hauts-de-France et la Normandie.

Les autres candidats issus des Hauts-de-France :
  • Patrick Debruyne (46ème), inspecteur de l'action sanitaire et sociale à Vendin-Le-Vieil
  • La Dunkerquoise Edith Varet (77ème), conseillère régionale des Hauts-de-France


Rassemblement National :


10% des candidats de la liste conduite par Jordan Bardella viennent des Hauts-de-France. Selon le résultat du RN, ils pourraient être entre trois et cinq à siéger au Parlement européen. Les sondages donnent pour l’instant entre 21% et 24% au parti dirigé par Marine Le Pen.

Catherine Griset (10ème), l’une des principales collaboratrices de la députée du Pas-de-Calais, est née à Boulogne-sur-Mer. L’adjointe au maire d’Hénin-Beaumont en charge de la petite enfance, Aurélia Beigneux (14ème) devrait aussi être élue au Parlement européen. Enfin, le conseiller spécial de Marine Le Pen, Philippe Olivier (17ème), complète le trio de candidats des Hauts-de-France assurés d’être élus.

En cas de poussée du RN, deux autres régionaux pourraient siéger à Strasbourg : Patricia Chagnon (26ème), conseillère municipale à Abbeville, et Mylène Troszczynski (28ème), députée européenne sortante et conseillère régionale de Picardie. A noter que Marine Le Pen figure symboliquement sur la liste en 78ème et avant-dernière position. Députée européenne de 2004 à 2017, année de sa victoire aux législatives, elle ne retournera pas à Strasbourg.

Les autres candidats issus des Hauts-de-France :
  • Paul-Henry Hansen-Catta (39ème), conseiller régional des Hauts-de-France
  • Philippe Eymry (43ème), figure du groupe frontiste au Conseil régional des Hauts-de-France
  • Mélanie Disider (56ème), élue d'opposition à Caudry
  • Nicolas Bertin (63ème), maire d'Ambrief dans l'Aisne
  • Régine Andris (76ème, conseillère municipal d'Abscon (Nord)
 

Les Républicains

Née à Roubaix, la porte-parole des Républicains, Lydia Guirous (14ème) est la première régionale sur la liste conduite par François Xavier-Bellamy, annoncée à environ 15% des intentions de vote. Cela ne devrait pas suffire pour qu'elle soit élue à Strasbourg. Faustine Maliar (24ème), conseillère régionale et directrice de cabinet de la maire de Calais, Natacha Bouchart, et Karine Charbonnier (32ème), vice-présidente des Hauts-de-France, en charge de la formation professionnelle et des relations avec les entreprises, ne devraient pas être élues.

Les autres candidats issus des Hauts-de-France :
  • Sandrine Dauchelle (50ème), conseillère municipale de Noyon
  • Sébastien Weil (75ème), délégué Les Républicains dans la circonscription de Laon
 

Europe-Ecologie-Les-Verts


Premier maire de France à porter plainte contre l’Etat pour inaction climatique, Damien Carême (3ème) pourrait siéger au Parlement européen. Maire de Grande-Synthe depuis 2001, il est l’une des figures les plus médiatiques de la liste conduite par Yannick Jadot. Il pourrait être accompagné par la Tourquennoise Karima Delli (6ème). Présidente de la commission transport au Parlement européen, elle pourrait être élue pour la troisième fois. Elle a promis de lutter contre la pollution de l’air, un thème également visible dans la région.

A noter également que Marie Toussaint (4ème), à l’initiative de la pétition L’Affaire du Siècle, est née à Lille. La pétition a récolté plus de deux millions de signatures, un record en France. En fin de liste, on trouve également Brigitte Fournie-Turquin, conseillère départementale de l'Aisne. Dans les dernières positions de la liste, il y a également Marine Tondelier (74ème), conseillère municipale d’opposition à Hénin-Beaumont. Elle est l’auteure du livre Nouvelles du Front sur la gestion de sa commune par le Rassemblement nationale.
 
 

La France Insoumise


Créditée de 7% à 9% des voix dans les sondages, la liste de la France insoumise ne devrait pas permettre d’envoyer un candidat des Hauts-de-France au Parlement européen. La Picarde Evelyne Becker (17ème) a participé au combat des salariés de l’usine Goodyear Amiens nord, finalement fermée en 2015. Professeur d’histoire en collège, le Lillois Julien Poix (28ème) figure aussi sur la liste conduite par Manon Aubry, il a rejoint Jean-Luc Mélenchon après son départ du PS en 2010.

Les autres candidats issus des Hauts-de-France : 
  • la Beauvaisienne Marie-Laure Darrigade (31ème), membre du Parti de Gauche, ancêtre de LFI, depuis sa création en 2008
  • le jeune roubaisien Paul Zilmia (27 ans, 52ème), chargé de clientèle dans une agence d’emploi et diplômé de l’EDHEC
  • Laure Manesse (59ème), née dans l’Aisne et ancienne assistante d’éducation à Reims
 

Debout La France


La numéro deux de la liste de Nicolas Dupont-Aignan, Stéphanie Gibaud, est née à Lille mais habite aujourd’hui dans les Alpes-Maritimes. Juste derrière elle figure le Picard Jean-Philippe Tanguy, délégué national de Debout La France. Ils pourraient être élus au Parlement européen si leur liste dépasse 5%.

Les autres candidats issus des Hauts-de-France :
  • la conseillère régionale des Hauts-de-France et agricultrice, Florence Italiani (12ème)
  • Philippe Torre (19ème), maire de Berlancourt (Aisne)
  • Véronique Delicopuer (60ème), secrétaire départementale du parti dans l'Oise
     
 

Parti socialiste – Place Publique


La liste de l’essayiste Raphaël Glucksmann compte notamment dans ses rangs un candidat des Hauts-de-France : le maire de Lomme, Roger Vicot (13ème). Après avoir claqué la porte du groupe socialiste au Conseil départemental du Nord en juin, il a finalement déposé sa candidature pour rejoindre la liste conduite par le PS et Place Publique. S’il devient député européen, il devra quitter son fauteuil de maire. A moins d’une percée de sa liste, cela ne devrait cependant pas être le cas.


Génération.s


L’ancienne présidente du Mouvement des Jeunes socialistes (MJS), la Beauvaisienne Roxane Lundy, figure en 16ème position sur la liste conduite par Benoît Hamon. Avec plusieurs centaines d’autres militants, elle avait quitté le MJS en février 2018 pour rejoindre l’ancien candidat à l’élection présidentielle. Ce dernier oscillant autour de 3% des intentions de vote, elle ne sera sans doute pas élue.

Les autres candidats issus des Hauts-de-France :
  • Colette Marie (32ème), employée dans la fonction publique territoriale à Arras
  • Frédéric Laroche (33ème), ingénieur lillois, spécialiste de la transition énergétique
  • la Marcquoise Nathalie Bernard (44ème)
  • l’éducateur amiénois Lucien Fontaine (45ème)
  • la professeure lilloise Isabelle Scheele (54ème)
  • le conservateur marcquois Nicolas Dessaux (57ème)
  • la médiatrice bilingue Mariana Pastore (62ème)
 

Parti Communiste Français


Figure du documentaire « Merci Patron ! », Marie-Hélène Bourlard figure en deuxième position de la liste emmenée par Ian Brossat. Ouvrière textile à Poix (Nord), elle avait lutté pour éviter la délocalisation de son usine, et pourrait devenir selon le PCF la première femme ouvrière à siéger à Strasbourg. Il faudra pour cela que la liste communiste dépasse les 5%, ce qui n’est pas le cas dans les derniers sondages.

L’ouvrier de l'usine Arjowiggins à Wizernes (Pas-de-Calais) reprise à l’automne 2018, Franck Saillot (19ème), et son homologue d’Ascoval à Saint-Saulve, reprise par British Steel cette semaine, Nacim Bardi (31ème) sont deux autres candidats des Hauts-de-France sur la liste communiste. Le médecin Loïc Pen (21ème) est aussi présent, chef de service des urgences à l'hôpital de Creil, il avait démissionné pour protester contre la fermeture de la maternité.

Les autres candidats issus des Hauts-de-France :
  • l'ouvrier métallurgiste et maire de Woincourt dans la Somme Arnaud Petit (45ème)
  • le Picard Aurélien Gall (47ème), conseiller prud’homal
  • la sénatrice du Pas-de-Calais, Cathy Apourceau Poly (54ème)
  • Maryline Lucas, maire de Guesnain dans le Nord (64ème)
 
 

Union des démocrates et indépendants (UDI)

La liste conduite par Jean-Christophe Lagarde compte notamment deux élus locaux : Anne-Sophie Taszarek (10ème) et l’adjoint au maire de Saint-André, Thomas Fabre (13ème). Ce dernier dirige par ailleurs les jeunes de l’UDI. A noter également qu’en avant-dernière position de la liste, on retrouve Valérie Létard, ancienne ministre et député européenne, née à Orchies.

Les autres candidats issus des Hauts-de-France :
  • Nathalie Lebas (24ème, conseillère municipale de Senlis et conseillère régionale
  • Clément Stengel (31ème), adjoint à la mairie d'Amiens et commandant de sapeurs-pompiers
  • le maire de Laon, Eric Delaye (39ème)
  • le maire de Faches-Thumesnil, Nicolas Lebas (59ème)
  • la maire d'Amiens et ancienne députée européenne, Brigitte Fouré (76ème)
 
 

Les Patriotes


Le chef de file de la liste Ensemble Patriotes, Florian Philippot, est né à Croix. Sauf percée surprise, l’eurodéputé sortant ne conservera sans doute pas son siège. Deux gilets jaunes de la région figurent aussi sur sa liste : Nathalie Reinert (10ème), qui s’était rendue au comité de suivi du grand débat à Matignon en janvier et Geoffrey Denis (13ème), pompier dans le Valenciennois. La conseillère municipale de Roubaix, Astrid Leplat (22ème) figure aussi sur la liste des Patriotes.

Les autres candidats issus des Hauts-de-France :
  • le conseiller régional de Picardie, Eric Richermoz (29ème)
  • la Douaisienne Marine Berrahbeh-Le Coarer (30ème)
  • la Lommoise Leslie Dehaese (36ème)
  • Virginie Rosez, conseillère municipale de Neuville-en-Ferrain (44ème)
  • Victor Catteau (49ème) originaire de Lesquin


Lutte Ouvrière


Au total, huit candidats de liste Lutte Ouvrière sont issus des Hauts de France. En quatrième position, on retrouve Eric Pecqueur, ouvrier à l’usine Toyota près de Valenciennes.

Les autres candidats issus des Hauts-de-France :
  • Anne Zanditénas (17ème), enseignante dans l’Aisne
  • Michel Darras (30ème) technicien automobile dans le Pas-de-Calais
  • la Nordiste Marie-Claude Rondeaux (33ème), ouvrière retraitée
  • la factrice Renée Potchtovik (43ème), originaire de l'Oise
  • Fatima Abdellaoui (53ème), employée dans le Nord
  • Bruno Paleni (68ème), professeur dans la Somme
  • Roland Szpirko (78ème), ancien ouvrier automobile dans l'Oise

Sur le même sujet

Les + Lus