Facebook ferme définitivement la page du site parodique belge NordPresse

La page Facebook de NordPresse n'existe plus. / © Inès El Kaladi
La page Facebook de NordPresse n'existe plus. / © Inès El Kaladi

La page Facebook du site satirique belge NordPresse a été définitivement fermée, selon Vincent Flibustier, le créateur du site. 

Par Jeanne Blanquart

Clap de fin pour NordPresse ? La page Facebook du site satirique belge, qui comptait 204 000 fans, a été supprimée par le réseau social mercredi. "Votre page NordPresse a été supprimée pour violation de nos conditions d'utilisation. [...] Entre autres choses, les Pages présentant un caractère haineux, menaçant ou obscènes sont interdites. Nous supprimons également les Pages qui attaquent un individu ou un groupe", indique Facebook dans un message envoyé à l'administrateur. 

De quoi écoeurer Vincent Flibustier, le créateur de NordPresse, qui s'est empressé de créer une nouvelle page pour partager la nouvelle. "Merci Facebook, il est vrai que nous sommes des vrais diffuseurs de haine, Rivarol, Fdesouche, Sudpresse,... n'ont pas ce problème", écrit-il sur la page "NordPresse de secours"


L'auteur fait ainsi directement référence à des sites d'extrême-droite, réputées pour les fake news, ou fausses informations, qu'ils diffusent. Selon lui, les vrais diffuseurs de haine ne sont ainsi pas inquiétés tandis que l'humour noir est censuré. 


 

Déjà début décembre


Ce n'est pas la première fois que la page de NordPresse est suspendue, suite à des signalement. Au début du mois, la page avait été fermée quelques jours suite à un article traitant de la mort de Johnny Hallyday, qui avait été signalé comme indésirable par certains internautes. 

"Aujourd’hui sur Facebook, il est plus acceptable de poster de la haine, de la violence (morale, sociale, politique, physique), de la violation de la dignité humaine (coucou Sudpresse),… Parce qu’à partir du moment où la publication est pernicieuse, elle passe", avait alors souligné Vincent Flibustier.
 

Sur le même sujet

Enquêtes de région : quelle mobilité, à la campagne ?

Les + Lus