• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Flandre : l'eau d'un canal proche de la frontière si polluée qu'elle “pourrait être utilisée comme pesticide”

Photo d'illustration. / © MAXPPP
Photo d'illustration. / © MAXPPP

La liste des produits qui ont été retrouvés dans le Wulfdambeek fait froid dans le dos.

Par Q.V

C'est un canal parmi des dizaines d'autres qui sinue dans la campagne de Flandre, à quelques encablures de la frontière française et de Tourcoing. Et pourtant, le Wulfdambeek ferait partie des cours d'eau les plus pollués d'Europe, à en croire une étude de l'université d'Exeter, en Grande-Bretagne.
 

Articles | Biosciences | University of Exeter

"However, despite ongoing efforts by the European Food Safety Authority (EFSA) to establish methods for mixture assessment, as things stand we still don't really know what it means for wildlife and human health when faced with such complex and variable exposures to harmful chemicals, even if some are at concentrations that might not individually trigger concern."


 

Désherbants, fongicides, insecticides...

Le canal, qui se trouve à Ledegem, près de Courtrai, fait partie des 29 canaux ciblés par cette étude à travers dix pays. On y a trouvé la trace de 70 pesticides dangereux, relève le Guardian (article en anglais), parmi lesquels 38 désherbants, 21 fongicides ou encore 10 insecticides.

L'article mentionne par ailleurs le Wulfdambeek, mais selon le maire de Ledegem interrogé par le quotidien flamand De Morgen (en néerlandais), l'échantillon a été pris dans le Harelbeek, qui le rejoint un peu plus loin.
 

Dans tous les cas, "il y a des polluants tellement variés dans ce cours d'eau, et leur concentration est si grande que l'eau elle-même pourrait sans doute être utilisée comme pesticide" a confié au Guardian le Dr Jorge Casado, du Greenpeace Research Laboratory qui a conduit l'étude

 

Quelle origine ?

Des substances interdites comme l'atrazine, le fenuron ou l'isoproturon ont été retrouvées. Pourtant, rien n'indique que leur utilisation est récente.  Bart Vanwildemeersch, de la fédération environementale des Flandres occidentales a estimé auprès de De Morgen que cette pollution était probablement historique.

"Comme les chercheurs, je pense que les substances ont été utilisées il y a longtemps, avant l'interdiction" a-t-il souligné. "Elles sont restées tout au  fond et maintenant, après des années, elles resurgissent."
 

 

Des risques pour les humains ?

"Il y a une grande incertitude sur les effets de ces mélanges de produits sur l'environnement et sur la santé humaine" indique encore le Dr Jorge Casado dans le résumé de l'étude. 

Pourtant, Colin Janssen, professeur de toxicologie environnementale, rappelle auprès de De Morgen que "le mélange de substances toxiques qui ont été trouvées dans le Wulfdanmbeek semble dépasser de 21 fois les normes de sécurité. Cela signifie que l'écosystème a très probablement été très affecté."

"Les pesticides ne sont pas bons pour nous, on le sait", précise-t-il. "Mais savoir quelle exposition est associée à un risque sur la santé est moins clair et cela ne peut pas être déduit de cette étude."

En France, la carte du laboratoire de Greenpeace à l'Université d'Exeter indique que des échantillons ont été pris dans trois cours d'eau, dans le Finistère, les Côtes-d'Armor et dnas le Maine-et-Loire, avec des résultats dans la moyenne des autres canaux relevés.
 

Sur le même sujet

La carte postale de Mont-Saint-Eloi

Les + Lus