Cet article date de plus de 5 ans

Florence Cassez va devenir animatrice de télévision

La nordiste Florence Cassez, libérée après avoir passé 7 ans en prison au Mexique, va devenir animatrice de télévision, aux commandes d'une série documentaire.
Florence Cassez dédicace son livre en librairie, en janvier 2014.
Florence Cassez dédicace son livre en librairie, en janvier 2014. © MAXPPP
Florence Cassez commence une autre vie.  Après avoir écrit un livre sur son histoire, après s'être lancée dans la peinture, la Béthunoise d'origine va présenter " Dans les yeux de Florence", une nouvelle série documentaire de quatre épisodes qui sera diffusée fin mars sur Planète + Crime Investigation.

Chaque volet de la série donne la parole à une personne qui a été victime d’erreur judiciaire par le passé. L’idée de ces documentaires, produits par Mélissa Theuriau et réalisés par Florence Cassez, est née de la rencontre des deux femmes en 2010 dans la prison de Tépépan, où Florence Cassez était incarcérée, condamnée à 60 ans de prison après avoir été accusée entre autres, d’enlèvement, séquestration et délinquance organisée. 

Ces films ne portent que sur des cas jugés et clos. Selon la chaîne, il ne s’agit pas de refaire l’enquête, mais de décortiquer le mécanisme troublant de l’erreur judiciaire et surtout d’interroger ses conséquences sur la vie de ces hommes et femmes. Et c'est Florence Cassez elle-même qui recueille leur témoignage.
Bande annonce "Un innocent trop confiant" réalisé par Richard Berthollet et Florence Cassez ©Planete + CI

A voir sur Planète +CI :

Vendredi 25 mars à 20h45 : "Une réhabilitation au goût amer"(réalisé par Ketty Rios Palma et Florence Cassez)
Vendredi 25 mars à 21h40 : "Un cauchemar sans fin" (réalisé par Ketty Rios Palma et Florence Cassez)
Vendredi 1er avril à 20h45 : "Un innocent trop confiant" (réalisé par Richard Berthollet et Florence Cassez)
Vendredi 1er avril à 21h40 : "Un mensonge dévastateur" (réalisé par Joëlle Oosterlinck et Florence Cassez)
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
florence cassez justice société médias