Un footballeur belge arrêté pour des liens présumés avec la mafia sicilienne

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP

Amateur, Daniele Fragapane joue pour le club de Roeulx, près de Mons.

Un footballeur de 33 ans, figure d'un club amateur de Belgique, a été arrêté à Bruxelles en vertu d'un mandat d'arrêt émis par la justice italienne pour ses liens supposés avec la mafia sicilienne Cosa Nostra, a annoncé ce lundi 14 mai le parquet de Mons, près de la frontière française.

Daniele Fragapane, attaquant dans le club amateur du Roeulx, près de Mons - dont son frère Stefano est le président - serait impliqué dans le pôle "racket" de cette organisation en Sicile, où il était allé fonder une entreprise en 2014, selon des médias belges.


Il a été arrêté ce week-end à Bruxelles en application d'un mandat d'arrêt européen (MAE) émis par la justice italienne, a indiqué à l'AFP Christian Henry, procureur du roi à Mons, confirmant des informations du groupe Sud Presse.

Il pourrait être remis à l'Italie dans un délai de dix jours. "Selon les premières informations, il accepte la procédure simplifiée du mandat d'arrêt (...) S'il ne change pas d'avis d'ici là, il se retrouvera dans dix jours en Italie devant son juge naturel", a ajouté M. Henry.

Vaste opération antimafia


Il s'agit d'un MAE émis "à des fins de poursuite" et non pour l'exécution d'une peine, a souligné le procureur, sans préciser le chef d'accusation.

L'arrestation intervient quatre mois après une vaste opération antimafia menée dans la région d'Agrigente (Sicile) à laquelle Daniele Fragapane avait échappé, ont rapporté de leur côté les médias siciliens.

L'opération Montagna aurait permis de démanteler une quinzaine de familles appartenant à Cosa Nostra. Un juge de Palerme a émis le mandat d'arrêt afin de le placer en détention provisoire, d'après la presse locale.

La ou les nationalités de Daniele Fragapane n'ont pas été précisées, mais par principe, le mandat d'arrêt européen s'applique au sein de l'UE "quelle que soit la nationalité" de la personne visée, précise le procureur de Mons.