• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

A Gand, un urinoir pour femmes a été créé pour un festival : comment ça marche ?

Un concert lors des fêtes de Gand, en juillet 2018. / © BELPRESS / MAXPPP
Un concert lors des fêtes de Gand, en juillet 2018. / © BELPRESS / MAXPPP

À Gand, en Belgique, un urinoir pour femmes a fait son apparition dans les rues de la ville, à l'occasion des fêtes de Gand, qui se déroulent du 19 au 28 juillet. Une solution pour que les femmes puissent (enfin) aller aux toilettes sans subir une file d'attente souvent interminable.

Par Manon Pélissier

Si les urinoirs pour hommes existent depuis bel lurette, l'équivalent chez les femmes était encore inexistant il y a quelques mois. Pour le bien des vessies féminines, il tend néanmoins à se développer de plus en plus, surtout dans les festivals, où les femmes ont beaucoup plus de mal à trouver un endroit pour uriner que les hommes (physiologie oblige).

En Belgique, ces urinoirs ont fait leur apparition à l'occasion des fêtes de Gand, un festival géant qui se passe en pleine rue et allie théâtre de rue, musique, kermesses, parades et expositions. Cette année, elles se déroulent du 19 au 28 juillet. Un urinoir pour femmes a donc été installé au niveau de la rue de la Bibliothèque, selon The Brussels Times.

Un urinoir mobile, inventé par Ellen Lejeune il y a 9 ans, pour un projet de fin d'études, que la jeune femme a depuis modernisé. Le but est de raccourcir les files d'attentes des toilettes lors d'événements extérieurs, souvent interminables pour les femmes.
 
Cet urinoir mobile pour femmes a été inventé par Ellen Lejeune, une Belge diplômée de l'université d'Anvers. / © MissWizz
Cet urinoir mobile pour femmes a été inventé par Ellen Lejeune, une Belge diplômée de l'université d'Anvers. / © MissWizz

L'invention d'Ellen Lejeune est pliable et n'a pas besoin de se connecter au réseau d'égout public. Dans une cabine, deux urinoirs sont disponibles : l'un étant plus bas pour les femmes petites, l'autre plus haut pour les plus grandes. Il suffit d'uriner au-dessus du contenu en métal en position semi-accroupie.
 

En France aussi, les femmes ont leurs urinoirs


Les Françaises qui ont testé les urinoirs féminins en premier, ce sont les Parisiennes, il y a seulement quelques jours au festival Solidays ou encore à Paris Plages. Lui aussi mobile, il est un peu plus sophistiqué et surtout, écolo. Ces urinoirs, appelés Madame Pee, sont en effet des toilettes sèches. Un crochet a même été prévu à l'intérieur pour suspendre son sac. 
 

Mais l'urinoir féminin le plus élaboré et le plus stylisé, c'est bien Lapee. Son nom vient du verbe pee en anglais, qui signifie "uriner". Avec sa couleur rose bonbon, il se joue des stéréotypes et permet aux femmes de les réperer de loin.
 
En forme de spirale, cet urinoir en regroupe trois. Quelques marches pour prendre de la hauteur, et on peut uriner en toute tranquillité. Cette forme d'hélice permet de créer de l'intimité et d'être totalement caché, hormis la tête, tout en n'étant pas complètement isolé, et de continuer ainsi à discuter avec ses amis.
 
Raccordable au réseau d'évacuation des eaux usées, il ne nécessite ni eau ni électricité. Il est également entièrement recyclable et empilable pour le transport, comme l'explique l'article de France 3 Grand-Est. Surtout, il permet de réduire considérablement les files d'attente. En utilisant des toilettes classiques, il faut compter 3 minutes par pipi. Avec Lapee, c'est seulement 30 secondes.

Lapee a été inventé au Danemark par deux étudiants en architecture, une Française et un Danois, Gina Perier et Alexander Egebjerg. Ils ont notamment pu tester leur invention lors du festival danois de musique Roskilde, au début du mois de juillet, où 48 urinoirs étaient mis à disposition.
 
Reportage d'une chaîne de télé danoise sur l'installation de Lapee pour le festival de musique Roskilde, qui remporte un franc succès.

Pour les Françaises, ce sera au festival Summer Vibration, à Sélestat (Bas-Rhin), qui commence le 25 juillet, qu'elles pourront essayer pour la première fois les Lapee, comme l'explique le même article de France 3 Grand-Est.

Le festival attend 25 000 personnes, dont 40 % de femmes. Même s'il n'y aura que 4 Lapee à disposition, c'est un premier pas pour davantage d'égalité entre les femmes et les hommes face à la discrimination urinaire. 
 

Sur le même sujet

Les postiers de Saint-Quentin en grève

Les + Lus