Gilets jaunes : “Manu”, le manifestant valenciennois touché par une grenade lacrymogène, a perdu son oeil gauche

Le manifestant juste après avoir reçu la grenade lacrymogène, ce samedi à Paris / © TWITTER/ALTRAMALE
Le manifestant juste après avoir reçu la grenade lacrymogène, ce samedi à Paris / © TWITTER/ALTRAMALE

Selon ses proches, le manifestant valenciennois, touché par un projectile sans raison apparente samedi à Paris, a définitivement perdu l'usage de son oeil gauche.

Par EM

Manuel T., originaire de Valenciennes, est toujours à l'hôpital Huriez ce mardi matin. Selon des proches, il a perdu définitivement son oeil gauche. "Avec sa femme, ils sont sous le choc", nous a indiqué une manifestante.

Une photo a été publiée sur Facebook, sur la page d'un autre manifestant. Un message donnant quelques nouvelles l'accompagne : "Les espoirs étaient minces... Manu est sorti du bloc opératoire... Manu, notre ami nordiste, Valenciennois au grand cœur, père de famille, travailleur et gilet jaune pacifique ne verra plus jamais de son œil ! "
 

"Manu",  Valenciennois de 41 ans, intérimaire dans l'industrie automobile, participait à la manifestation de samedi à Paris, un an après le début du mouvement des "Gilets jaunes". Alors qu'il discutait avec d'autres personnes place d'Italie, il a été touché à l'oeil par un projectile, une grenade lacrymogène, selon plusieurs sources. La scène, violente, a été filmée et publiée sur les réseaux sociaux.
 

La préfecture de police a annoncé que le préfet de police allait saisir l'IGPN "à la demande du ministre de l'Intérieur". De son côté, le parquet de Paris a ouvert une enquête judiciaire pour "violence par personne dépositaire de l'autorité publique avec armes ayant entraîné une interruption temporaire de travail de plus de huit jours" et confié les investigations à l'IGPN. Manuel T. a fait part de son intention de porter plainte "dans les prochains jours". 

Les circonstances de ce tir de projectile qui atteint un oeil posent question. les images ne témoignent d'aucune violence ou d'attitude menaçante de la part de Manuel T.. «On était nassés par les policiers, mais tranquilles à l’écart, en train de parler de banalités. On voit sur la vidéo qu’il n’y a pas beaucoup de gens autour de nous. On a même pas eu le temps de voir arriver le projectile», a expliqué à Checknews Séverine, la concubine de Manu.

Les manifestations de samedi, marquant le premier anniversaire des "gilets jaunes", ont été émaillées de scènes de chaos dans certains quartiers de la capitale.



 

Sur le même sujet

Les + Lus