Cet article date de plus de 4 ans

Grève du personnel de bord d'Eurostar à partir de vendredi

Une partie du personnel de bord d'Eurostar va observer sept jours de grève sur deux week-ends au mois d'août pour protester contre les conditions de travail, a annoncé le syndicat britannique RMT, alors qu'Eurostar évoque un impact "limité".

© BEN STANSALL / AFP
La première grève à l'appel d'RMT doit commencer le vendredi 12 août à 00h01 et durer jusqu'au lundi 15 août à 23h59. La deuxième doit avoir lieu sur trois jours du 27 au 29 août. Eurostar a assuré que l'impact sur les conditions de circulation serait limité. "Les jours de grève, nous avons procédé à quelques changements légers dans les horaires pour faire en sorte que tous nos passagers ayant une réservation pourront voyager ces jours-là. Les passagers concernés seront informés des changements à l'avance", a réagi un porte-parole d'Eurostar.

"Au maximum deux aller-retours par jour devront être annulés, soit vers Paris soit vers Bruxelles. Le vendredi 12 août nous allons annuler un aller-retour pour Bruxelles, Paris ne sera pas affecté. Nous allons mobiliser tout notre personnel disponible et allons évidemment nous appuyer davantage sur notre personnel sur le continent", a ajouté une représentante d'Eurostar. Le syndicat RMT (Rail, Maritime and Transport union) reproche à la direction de ne pas respecter un accord sur les conditions de travail conclu en 2008. "Notre personnel de bord des Eurostar est soumis à des heures de travail difficiles et en a assez de voir la direction ne pas honorer ses engagements", a déclaré Mick Cash, le secrétaire général de RMT. "Nos membres ont droit à un juste équilibre entre leur travail et leur vie privée (...) Eurostar doit désormais venir à la table des négociations avec une série de propositions qui respecte nos accords", a-t-il ajouté. Son adjoint, Mick Lynch, a déclaré à la BBC que "55 membres sur 70 ont voté pour la grève" et a, pour sa part, évoqué des "perturbations significatives".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
eurostar économie transports tunnel sous la manche