• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Harcèlement scolaire à Condé-sur-l'Escaut : trois ados mis en examen

Un élève du Lycée du Pays de Condé était harcelé par certains "camarades" depuis la rentrée de septembre. / © MAXPPP
Un élève du Lycée du Pays de Condé était harcelé par certains "camarades" depuis la rentrée de septembre. / © MAXPPP

Trois mineurs ont été mis en examen mercredi pour faits de violences en réunion en milieu scolaire et harcèlement moral, suite aux multiples agressions dont a été victime un élève du Lycée du Pays de Condé à Condé-sur-l'Escaut. 

Par @f3nord

Mattéo et Alexis, 16 ans, et Camille, 15 ans,  trois élèves du Lycée du Pays de Condé à Condé-sur-l'Escaut, ont été mis en examen mercredi par un juge des enfants pour "faits de violences en réunion en milieu scolaire et harcèlement moral", a indiqué François Pérain, procureur de la république de Valenciennes.

Durants leurs auditions, ils "ont reconnu avoir commis des actes humiliants à l’égard de la victime", un camarade du lycée âgé de 15 ans qui avait rompu la loi du silence début octobre, en faisant part du harcèlement scolaire qu'il subissait depuis la rentrée de septembre. 

Gardes à vue

La victime avait notamment accusé ses agresseurs de l'avoir suspendue par les pieds depuis une passerelle reliant deux bâtiments du Lycée. Sur ce point, le parquet précise que "tous les élèves de la classe ont été entendus et ils ont tous indiqué avoir vu des élèves faire semblant de balancer la victime par-dessus le garde-corps de la passerelle, sans que le corps ne soit suspendu à un moment quelconque dans le vide". Des déclarations confirmées par les prévenus. "Le garde-corps est d’une hauteur d’un mètre 50. Le fait que la victime ait été suspendue par les pieds est donc peu compatible avec la hauteur du garde-corps", ajoute Mr Pérain.

Au départ, sept jeunes avaient été placés en garde à vue mardi 11 octobre dans ce dossier. Deux d'entre eux ont été mis hors de cause, trois ont été mis en examen et placés sous liberté surveillée préjudicielle, et un dernier, Anthony (16 ans), va faire l'objet d'une d'une mesure de réparation pénale pour "abstention volontaire d'empêcher un crime ou un délit contre les personnes". Il aurait regardé les autres faire sans intervenir, pour ne pas avoir de problèmes. 

Ces quatre lycéens devront donner des heures de travail à des associations ou réaliser des travaux de réflexion sur la violence.

Enfin une ITT (incapacité) de 4 jours a été reconnue à la victime par un médecin légiste choc psychologique.

Un conseil de discipline pour statuer sur le sort des élèves mis en cause se tient ce vendredi après-midi au Lycée du Pays de Condé.

A lire aussi

Sur le même sujet

Le boum de la culture du lin dans l'Oise

Les + Lus