Hauts-de-France : 920 000 habitants ont reçu au moins une dose de vaccin, soit 15% de la population

En ajoutant les personnes vaccinées dans les centres de vaccination et celles qui l'ont été en ville, ce sont 920 000 habitants des Hauts-de-France qui ont reçu au moins une dose de vaccin. Deux tiers des plus de 70 ans ont reçu la leur. 

15% de la population des Hauts-de-France a reçu une dose d'un des trois vaccins utilisés pour l'instant : Moderna, Pfizer et AstraZeneca.
15% de la population des Hauts-de-France a reçu une dose d'un des trois vaccins utilisés pour l'instant : Moderna, Pfizer et AstraZeneca. © Frédérik Giltay / France télévisions

Jeudi 8 avril, le Premier ministre, Jean Castex, se félicitait qu'en France, plus de 10 millions de personnes avaient reçu au moins une dose de vaccin.

Dans les Hauts-de-France, à la même date, ce sont 920 000 personnes qui ont reçu au moins une dose, soit 15% des habitants de la région, selon les derniers chiffres communiqués par l'ARS de la région. Les plus de 70 ans, éligibles à la vaccination, sont les premiers bénéficiaires de celle-ci : sur les 698 245 habitants qui cochent ce critère d'âge, 452 188 ont reçu une première injection, soit 2 personnes sur 3. 

Plus largement ce sont 1,2 million (1 194 286 exactement) doses de vaccin qui ont été utilisées au bénéfice des habitants de la région. En effet, sur les 920 000 personnes qui ont reçu au moins une dose, 273 000 en ont reçu une deuxième et sont donc pleinement vaccinées. 

Après le constat, la tendance. Le rythme de la campagne de vaccination serait à l'accélération ces dernières semaines. "184 115 injections ont été réalisées en semaine 13 (29/03 au 4/04), contre 179 852 la semaine précédente, et 133 842 en semaine 11", calcule l'ARS. La campagne fonctionne à flux tendu, c'est-à-dire que la totalité ou presque (+ de 95%) des doses reçues sont très rapidement utilisées.

Les livraisons donnent donc une idée précise de ce que seront les doses injectées. L'ARS assure attendre au moins 564 000 doses de vaccin en avril pour les centres de vaccination, "en l’état des livraisons connues à date pour la région", prévient-elle. La répartition se fera comme telle : 468 000 Pfizer/bioNtech et 96 000 Moderna. "141 000 doses ont ainsi été livrées cette semaine, 151 800 sont attendues pour la semaine prochaine, 117 000 pour la semaine du 19 avril et 154 200 pour la semaine du 26 avril", précise l'ARS. A cela il faut ajouter les livraisons du laboratoire AstraZeneca, dont l'importance n'est pas encore connue sur le long terme pour les centres de vaccination. 

A noter que l'ARS ne précise pas si le vaccin de l'entreprise pharmaceutique Johnson & Johnson, qui devrait arriver en France le 19 avril, sera disponible dans les Hauts-de-France. Celui-ci ne nécessite l'injection que d'une seule dose. 

159 centres de vaccination sur le territoire

Pour administrer ces futures doses, la région compte notamment sur ses 159 centres de vaccination. Mardi 6 avril, plusieurs centres de vaccination à l'importante capacité d'accueil ont ouvert dans la région. Par exemple, le Zénith de Lille devait, dès cette semaine, injecter 650 doses par jour, avant de monter à 1.300 par jour en fonction des approvisionnements. Au vélodrome couvert de Roubaix, la jauge de 1.000 injections par jour pourrait également être franchie.

En revanche, alors que le stade de France, celui de l'OL et l'OM à Lyon et Marseille ont été transformés en vaccinodromes, il n'y a, pour l'instant, aucun projet connu en ce sens au stade Pierre-Mauroy de Lille. 

Aussi, en plus des centres de vaccination, la campagne se déroule avec l'appui des médecins de proximité. L'ARS sait que 104 970 doses du vaccin AstraZeneca doivent arriver dans les prochains jours pour les vaccinations en ville, en cabinet, en officine ou au domicile des patients.

Enfin, pour aller chercher les populations qui ont du mal à se déplacer, Xavier Bertrand, le président des Hauts-de-France, avait proposé de mettre en route 100 bus assurant la navette entre le domicile des personnes concernées et les centres de vaccination. Ce service "va être proposé", annonce l'ARS. Aussi, l'autre projet du candidat déclaré à l'élection présidentielle de 2022, de constituer une flotte de 15 minibus d’équipes mobiles de vaccinateurs pour aller vacciner les populations rurales "va être travaillé" assure l'ARS. Interrogée sur une éventuelle date de mise en oeuvre de ces deux projets, l'ARS n'a pas pu nous répondre.


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société