Hauts-de-France : baisse historique du nombre de morts sur les routes en 2020

Avec la pandémie, la restriction des déplacements a fortement impacté l'accidentalité routière dans les Hauts-de-France. Dans le Nord et le Pas-de-Calais, ces baisses sont encore plus significatives. Des chiffres historiques même si le nombre d'accidents n'a pas autant baissé que le trafic.

L’accidentalité routière de l’année 2020 restera très atypique à cause des confinements et de la restriction des déplacements. 192 personnes ont perdu la vie sur les routes des Hauts-de-France, soit 25 % de morts en moins qu’en 2019. C’est surtout dans le Nord et dans le Pas-de-Calais que les chiffres sont le plus spectaculaires : - 26 % dans le Nord ( 68 morts en 2020 contre 91 en 2019 ) et - 56 % dans le Pas-de-Calais ( 27 morts en 2020 contre 61 en 2019 ). 

Dans les autres départements, la baisse est moindre comme pour la Somme ( 25 morts en 2020 contre 33 en 2019 ). Pour l’Oise et l’Aisne les chiffres restent stables : 40 morts en 2020 contre 41 en 2019 pour le premier département cité, 32 en 2020 contre 31 en 2019 pour le second.

Une baisse constatée sur l’ensemble du territoire français : 2780 personnes sont mortes sur les routes en France en 2020. Un résultat aussi bas n’avait plus été atteint depuis 1925. Or, à cette époque le nombre de véhicules en circulation était près de 50 fois inférieur à celui d’aujourd’hui…

L’impact de l’évolution de la circulation liée a la pandémie est majeur sur la mortalité automobiliste : avec 1243 tués en 2020, elle représente pour la première fois moins de la moitié de la mortalité routière totale.

Le nombre d’accidents a diminué mais pas autant que le trafic routier. En 2020, on compte un peu plus de 45 000 accidents corporels contre 56 000 pour l’année précédente. En cause : de nouveaux comportements à risque ont émergé à la fin des confinements. Les très grandes vitesses et l’utilisation du téléphone portable en conduisant qui s’est encore plus développé. D’ailleurs, la sécurité routière vient de lancer une nouvelle campagne publicitaire sur le téléphone au volant : "Si tu conduis, je raccroche."

La mortalité cycliste (178 tués) est restée proche de celle des années précédentes en dehors du confinement. Le vélo s’est développé en milieu urbain pour éviter les transports en commun et en milieu rural pour pratiquer des loisirs de proximité. On dénombre plus de blessés en ville, mais plus de tués hors agglomération à cause des vitesses élevées des autres usagers.

La France métropolitaine reste au 11e rang de l’Union Européenne en terme de mortalité routière apportée à la population : 39 personnes ont été tuées par millions d’habitants 2020

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière société sécurité