Hauts-de-France : après les pollens de bouleaux, les pollens de graminées font leur retour

Publié le Mis à jour le
Écrit par EP

Attention aux personnes allergiques, les conditions météorologiques provoquent l'arrivée des pollens de graminées. Le point, conséquences sur l'organisme et techniques de soin.

Sur une échelle de 0 à 5, Atmo Hauts-de-France place la région Hauts-de-France au niveau 4, c'est-à-dire un niveau élevé de risque d'allergie au pollen de graminées actuellement. Et ce à Lille, comme à Amiens.

Les deux capteurs de grains de pollens situés dans ces villes marquent un risque élevé. Sur son site internet, l'association donne un conseil d'allergologue : "Les concentrations de pollens de graminées sont en hausse et seront très fortes ces prochains jours, avec un temps qui s'annonce doux et ensoleillé. Les traitements doivent être démarrés ou poursuivis, car le risque d'allergie sera élevé pour les pollens de graminées. Les autres pollens présents dans l'air ne gêneront pas les allergiques".
   

Les graminées, c'est quoi ? 


C'est une famille de plantes ou plus précisément d'herbacées qui ont des épis. Le blé ou l'avoine sont des graminées. Il existerait quelque 9000 espèces de graminées dans le monde, mais une vingtaine présentes dans nos contrées (en France) estime-t-on au RNSA, réseau national de surveillance aérobiologique, situé en région lyonnaise. Chaque année, la pollenisation de ces plantes suit celles des bouleaux (qui provoquent aussi des allergies). La météo peut faire varier d'une à deux voire trois semaines cette pollenisation. 

Quelles conséquences sur l'organisme ? 


Des conjonctivites, des rhinites, les voies nasales encombrées, des éternuements, de l'urticaire parfois et des crises d'asthme dans les cas les plus graves. 


Comment traite-t-on ? 

 

Il faut consulter un allergologue pour savoir à quels types de pollens on est allergique. L'allergologue pourra ensuite, en fonction des cas, pratiquer une désensibilisation (qui se faisait à base de piqûres il y a plusieurs années) qui se fait aujourd'hui en plaçant quelques gouttes sous la langue quelques jours ou semaines avant l'apparition des pollens ; ou proposer la prise d'antihistaminiques qui traitent davantage les symptômes. 


 
Pas si bête...
  • Sécher le linge plutôt à l’intérieur, et éviter de sortir les cheveux mouillés
  • Prendre une douche et changer de vêtements après les sorties
  • Fermer les fenêtres en journée
  • Aérer et sortir de la maison plutôt en début et fin de journée pour éviter les pics de pollinisation
  • Se promener hors des zones à risques (champs, forêts) par temps sec, ensoleillé et venteux
  • Reporter la tonte de pelouse, ou porter des vêtements de protection adaptés.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité