• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Histoires 14-18 : Albert Ier, héros d'un pays meurtri

© Pathé Gaumont/Gallica BNF
© Pathé Gaumont/Gallica BNF

Par France 3

Nieuport, au bord de la mer du Nord, en Flandre belge. Au centre de cette rotonde, la statue équestre du roi Albert 1er... hommage du royaume à son souverain pour son rôle pendant la Grande Guerre. Car le roi des Belges défendra farouchement son petit pays presque totalement occupé durant les quatre années du conflit.

Dès l'entrée en guerre, Albert Ier fait preuve de courage. Il choisit de résister aux Allemands, il se replie auprès de son armée à La Panne. La Panne que l'inondation de la plaine de l'Yser a permis de préserver, petite portion de territoire restée libre. Le roi des Belges refuse que ses hommes soient placés sous le commandement allié.
Convaincu qu'aucun des deux camps ne peut l'emporter, il engage en 1917, avec l'aide de l'empereur d'Autriche la plus grande négociation de paix du conflit. En secret.

Histoires 14-18 : Albert 1er, héros d'un pays meurtri
Source archives : - Pathé Gaumont - Gallica BNF  - France 3 - F. Mabille

En septembre 1918, lors de la grande offensive alliée, le maréchal Foch nomme le roi Albert à la tête du groupe d'armées des Flandres. Ses soldats libèrent Bruges et Ostende.
Le jour même de l'armistice, Albert Ier reçoit les députés et les sénateurs au château de Loppem. Il y prononce le fameux " discours du Trône ". Il propose un gouvernement d'union nationale pour reconstruire le pays dévasté.
Il va plus loin, et se déclare pour le suffrage universel aux élections et pour l'égalité entre les langues : le français et le néerlandais. Un roi qui pense que les Belges égaux dans les souffrances de la guerre doivent être égaux, la paix retrouvée.

Le 22 novembre, le roi à la tête de ses troupes fait une entrée triomphale dans Bruxelles. Lors de la signature du traité de Versailles, à la grande différence des Français, Albert 1 er refuse d'accabler l'Allemagne. Il regrette que l'armée belge participe à l'occupation de la rive gauche du Rhin.
Il se tue dans un accident d'escalade en 1934, à l'âge de 58 ans.
Ses funérailles rassembleront une foule immense d'anonymes et d'officiels étrangers. Mais la légende du "roi chevalier" lui survivra.





 

Sur le même sujet

Le film "Merci patron !" de François Ruffin a dépassé les 300 000 entrées

Les + Lus