Incendie à Estrée-Blanche : depuis cinq ans, quinze pompiers sont morts en service

Les obsèques de Jérémy Beier en septembre 2016, le dernier pompier tué par les flemmes avant le drame d'Estrée-Blanche. / © MAXPPP
Les obsèques de Jérémy Beier en septembre 2016, le dernier pompier tué par les flemmes avant le drame d'Estrée-Blanche. / © MAXPPP

En cinq ans, treize pompiers sont décédés pendant leur service, ou suite à des blessures graves subies pendant une intervention. La mort des pompiers volontaires Arnaud Dauchy et Jonathan Cottret dans la nuit de samedi à dimanche à Estrée-Blanche porte à quinze ce nombre tragique. 

Par Mahaut Landaz avec AFP

Début d'année 2018 dramatique pour les pompiers. Après le décès cette semaine d'un pompier volontaire de 64 ans, tombé dans un torrent en crue entre l'Isère et la Savoie suite au passage de la tempête Eleanor, ce sont deux pompiers des Hauts-de-France qui sont décédés dans la nuit de samedi à dimanche en tentant de porter secours à autrui. Leur mort porte à quinze le nombre de ces héros tués dans l'exercice de leurs fonctions, en seulement cinq ans. 



Arnaud Dauchy, 21 ans seulement, originaire Gonnehem et Jonathan Cottret, 32 ans, venu de Lillers, étaient en première ligne lors de l'incendie qui s'est déclenché dans la commune d'Estrée-Blanche, dans le Pas-de-Calais. Arnaud Dauchy fait partie des plus jeunes pompiers morts en service de ces dernières années. 


Avec déjà trois disparitions, l'année 2018 est déjà trois fois fois plus meurtrière que la précédente. En 2017, un seul pompier est décédé dans l'exercice de ses fonctions, dans un accident de la route, après une série de drames en 2016, année au cours de laquelle quatre pompiers ont été tués. 

La dernière fois qu'un pompier est décédé parce qu'il luttait contre les flemmes, c'était en septembre 2016 dans l'Hérault. Le jeune homme de 24 ans avait succombé à de graves brûlures un mois après l'incendie. 



Pour les pompiers, le danger numéro un reste les flemmes. Sur ces quinze drames, sept sont directement liés à des blessures infligées par le feu. Cinq autres ont été causés par des accidents de la route survenus alors que les pompiers se rendaient en intervention. Deux sont liés à des chutes et le dernier, à un malaise. 



A lire aussi

Sur le même sujet

Kamini revit la Belle Epoque à Mers-les-Bains

Les + Lus