Huit ex-salariés de SeaFrance en garde à vue

Huit personnes sont entendues depuis mardi dans une affaire de fraudes sur les ventes à bord des ferries.

Huit ex-salariés de la compagnie de ferries SeaFrance étaient en garde à vue ce matin dans les locaux de la gendarmerie du Portel (Pas-de-Calais), dans une affaire de fraudes présumées sur les ventes à bord des ferries, a-t-on appris de source proche de l'enquête.


Ces gardes à vue, qui ont débuté mardi matin, ont été prolongées hier soir de 24 heures. Elles sont motivées par les chefs de vols en bande organisée, abus de biens sociaux et recel d'abus de biens sociaux, a indiqué cette source, confirmant une information de France Bleu nord. Parmi ces personnes entendues par la section de recherche de la gendarmerie de Lille, une femme et sept hommes. Il s'agit de caissiers et d'intendants.

Ils devraient être présentés cet après-midi devant un juge d'instruction lillois et sont susceptibles d'être mis en examen.

Cinq personnes ont déjà été mises en examen en mars dernier dans cette affaire, pour vol en bande organisée et abus de confiance et placées sous contrôle judiciaire.Ces mis en examen sont accusés de plusieurs vols au sein des bateaux, principalement de l'alcool et des marchandises alimentaires. "Les faits se sont déroulés sur la période 2008-2009 et le préjudice pourrait se chiffrer à plusieurs centaines de milliers d'euros", avait indiqué à l'époque une autre source proche de l'enquête.


L'enquête est pilotée par le parquet de Lille. Dans un premier temps, c'est le parquet de Boulogne-sur-Mer qui avait ouvert une information judiciaire mi-avril 2010 à la suite d'une plainte de la direction de SeaFrance. Celle-ci avait alors expliqué que "de nombreuses erreurs, écarts, différences dans les comptes" avaient été constatés fin 2009 par le commissaire aux comptes, mandaté pour vérifier la comptabilité de l'entreprise, notamment dans les ventes effectuées à bord des bateaux.

A lire aussi :

Révélations autour des vols à SeaFrance

Cinq anciens salariés de SeaFrance mis en examen