Sequedin : les surveillants de prison en colère

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuel MAGDELAINE

70 surveillants de Sequedin ont manifesté lundi avant le procès d'un détenu qui a attaqué une de leurs collègues.

Le procès du détenu, qui comparaissait devant le tribunal correctionnel de Lille pour violence sur une personne dépositaire de l'autorité publique, a été renvoyé au 14 novembre. Le détenu aurait attaqué la surveillante avec une cuillère dont le manche avait été taillé.

Avant cette audience, les 70 surveillants s'étaient réunis devant le centre pénitentiaire --où travaillent environ 400 gardiens-- par solidarité avec leur collègue, qui venait de reprendre ses fonctions après un arrêt de travail de cinq mois en raison d'une précédente agression à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis.

"Ce qui s'est passé vendredi est choquant. Les collègues sont fatigués, il y a un surveillant pour 110 détenus alors qu'à l'ouverture il y a six ans c'était un pour soixante", a expliqué le secrétaire local de l'Ufap/Unsa-Justice, Stéphane Lecerf.

"Le bâtiment hommes, c'est deux à trois détenus par cellule, une cinquantaine de matelas au sol, c'est de plus en plus compliqué à gérer pour nous", a-t-il ajouté.

En juin, un surveillant du centre pénitentiaire de Lille-Sequedin avait été ébouillanté avec de l'huile brûlante par un détenu, ce qui avait déjà suscité un mouvement de protestation. Les syndicats avaient alors demandé plusieurs améliorations sur le plan de la sécurité, dénonçant des défaillances dans le déclenchement des alarmes, la lenteur d'intervention en cas d'urgence ou encore le manque de tenues d'intervention en cas de violences.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité