Un jeune homme mort après une rixe à Denain

Agé de 25 ans, il est décédé des suites de ses blessures après une bagarre entre deux familles.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Un jeune homme de 25 ans est mort des suites de ses blessures dans la nuit de samedi à dimanche après une rixe vendredi soir dans un quartier défavorisé de Denain (Nord), sur fond de rivalité entre deux familles voisines, a-t-on appris dimanche de source préfectorale.


Anouchka Flieller et Dominique Dumont

Trois jeunes hommes, des frères âgés de 17 à 25 ans ont été placés en garde à vue et étaient en cours de présentation au parquet de Valenciennes dimanche après-midi, selon la même source. Un quatrième frère des gardés à vue a quant à lui été blessé par un violent coup de poing et hospitalisé, selon la préfecture.

Selon les premiers éléments de l'enquête, une altercation a d'abord opposé deux femmes, la compagne de la victime et celle d'un homme de l'autre famille. Une violente rixe a ensuite éclaté entre des membres des deux familles. La victime a été frappée à la tête avec un pied de table avant de s'écrouler par terre, selon la préfecture.

Le jeune homme, père d'un enfant de cinq ans, est décédé à l'hôpital de Lille aux alentours de une heure du matin dans la nuit de samedi à dimanche. Selon sa famille, il était handicapé, souffrant de crises d'épilepsie et d'asthme.

La rixe se serait déroulée "dans un contexte alcoolisé", selon la préfecture. La nature du contentieux entre les deux familles, d'un milieu social défavorisé, n'a pu être précisé. Une quarantaine de personnes étaient rassemblées dimanche en milieu de journée devant une sorte de chapelle ardente improvisée sur lieux, une petite tente abritant un grand portrait du jeune homme et remplie de fleurs et de bougies allumées.

Un dispositif policier devait être mobilisé, comme samedi soir, pour éviter que ce "cycle d'agressions et de vengeance ne continue".