INFOGRAPHIES. Recensement : les Hauts-de-France en perte de vitesse

Amorcée ces dernières années, la dynamique semble se confirmer dans les données de populations publiées ce jeudi 29 décembre 2022 par l'Insee : trois des cinq départements des Hauts-de-France sont en recul.

Les Hauts-de-France étaient tombés du podium des régions de France les plus peuplées en 2019. En 2020, les voilà repassés sous la barre des six millions d’habitants. Selon le recensement annuel publié par l’Insee ce 29 décembre, leur nombre a stagné à la baisse cette année-là (5 997 734, contre 6 005 000 en 2019). Ce décompte permet au territoire de se maintenir derrière l’Île-de-France (12 millions), l’Auvergne-Rhône-Alpes (8 millions) et la Nouvelle Aquitaine (6 millions).

Made with Flourish

Mais il traduit un décrochage par rapport à la tendance nationale. La "population française a encore augmenté de 0,3% en moyenne entre 2014 et 2020". Six ans au cours desquels celle des Hauts-de-France est quant à elle restée "quasi stable", note l’Insee. "La baisse significative de l’excédent naturel (différence entre les naissances et les décès), ne permet plus de compenser le déficit migratoire (différence entre les arrivées dans la région et les départs)", analyse l’organisme.

Made with Flourish

Plus proche de la région parisienne, seule l’Oise a ainsi continué à grandir (0,2% en moyenne par an) sur la période. Le Nord, premier département de la région avec ses 2 600 000 habitants et ses centres urbains, affiche de son côté une croissance presque nulle tandis que le Pas-de-Calais, la Somme et surtout, l’Aisne (-0,3%) sont tous trois en recul – et ce, malgré des embellies locales comme celle observée à Château-Thierry par exemple.

Made with Flourish

Car la tendance est bien là selon l’Insee. Elle s’attend à voir les résidents des Hauts-de-France (dont le nom n’est toujours pas arrêté)  se faire plus rares dans les décennies à venir. Selon un rapport de projection diffusé en novembre dernier, la région ne pourrait compter que 5,4 millions d’habitants d’ici 2070. Selon ce scénario, elle serait accompagnée dans ce repli par le Centre-Val-de-Loire, le Grand Est, la Bourgogne Franche-Comté et la Normandie.