L'Amiénois Corentin Ermenault s'est imposé mardi 10 août en finale de poursuite individuelle lors des championnats de France de cyclisme sur piste à Bourges dans le Cher. C'est de bon augure à deux semaines des Jeux paralympiques de Tokyo, auxquels il participera en tandem avec Alexandre Lloveras.

C'est grâce à son expérience et à son talent que Corentin Ermenault a décroché mardi 10 août son douzième titre de champion de France de poursuite individuelle à Bourges (Cher). La finale pourtant, il l'admet, ne "s'est pas passée comme prévu" : "Au deuxième tour, mon coach me dit d'accélérer, au troisième, il est en panique et me crie que je vais me faire rattraper. Je me retourne et je vois mon poursuivant juste derrière moi. Il savait que la piste ne faisait que 200 mètres et qu'il pouvait me rattraper sur le premier kilomètre".

Finalement, le Picard a su donner le "gros coup" nécessaire pour finir en tête en 4'14 à sept secondes de son record personnel.

En route pour Tokyo

Le titre en poche, Corentin Ermenault enchaîne par un stage au vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines, histoire de bien finir sa préparation pour les Jeux paralympiques de Tokyo. Il s'envolera samedi pour le Japon en compagnie des autres membres de l'équipe de France, dont son partenaire Alexandre Lloveras.

Car depuis l'automne 2020, le quadruple champion d'Europe sur piste s'est lancé dans une aventure inédite pour cycliste professionnel en devenant le pilote du jeune coureur lyonnais, déficiant visuel, en tandem.

On vise l'or

La complicité qui s'est nouée entre les deux hommes leur a permis d'atteindre très vite le niveau des meilleurs binômes et devenir en juin dernier vice-champions du monde du contre-la-montre à Cascais au Portugal. Si les premières semaines Alexandre rêvait à peine d'un podium aux Jeux, les ambitions du duo sont tout autres désormais : "C'est de bon augure pour une médaille. Et pour être honnête, on vise l'or", révèle Corentin Ermenault.

Pour cela, il leur faudra être au top de leur forme. Ce qui, malgré le titre de Corentin Ermenault décroché mardi, n'est pas encore le cas : "Nous étions en stage il y a quelques jours en altitude. Et quand on redescend, pendant deux semaines, on se sent toujours assez nul. Mais à partir de Tokyo, on sera bien", assure le coureur picard.

Un circuit exigeant

Quelques réglages sont encore nécessaires, notamment pour se mettre en danseuse : "On a encore du mal. A Tokyo, on en aura besoin, car le circuit de la course en ligne est exigeant". 

Le tandem français participera à trois épreuves des Jeux paralympiques : la poursuite, le 25 août ; le contre-le-montre, le 31 août et la course en ligne le 3 septembre. Trois épreuves, trois chances de monter sur la plus haute marche du podium et faire résonner la Marseillaise au Pays du soleil levant.