Le 1er juillet 1916, il y a 100 ans, débutait dans la Somme l'une des batailles les plus meutrières de la Première Guerre mondiale. Une bataille qui dura plus de 5 mois et fit plus d'1,2 million de blessés et de morts parmi les armées françaises et britanniques, conjointement engagées dans les combats. Une bataille qui marquera à jamais l'histoire de la Somme et de ses habitants mais aussi celle des Britanniques.

Un dossier réalisé par Jennifer Alberts et Madison Mouquet.

La bataille de la Somme dans la Première Guerre mondiale


L'organisation de la bataille de la Somme résulte de la stratégie française définie lors de la conférence de Chantilly organisée dans l'Oise les 6, 7 et 8 décembre 1915.

1915 n'est pas une bonne année militaire pour les Alliés qui multiplient les déroutes depuis le début du conflit en août 1914 :


A Chantilly en décembre 1915, sont réunis le général Joffre, le maréchal French, le lieutenant-général Murray, chef de l’état-major général britannique, le général Gilinsky, chef de mission militaire russe au Grand Quartier général français, le général Porro, sous-chef de l’état-major général italien, le général Wielmans, chef de l’état-major général belge, le colonel Stephanovic, attaché militaire de Serbie auprès de Joffre.

La conférence de Chantilly
Retrouvez toutes le vidéos d'Histoires 14-18 sur notre site dédié.

Verdun modifie les plans
La ligne de front décidée par les Alliés s'étend sur 70 km, avec les Britanniques au Nord, de Gommecourt à Maricourt, et les Français au sud, à Chilly. Mais les plans doivent être modifiés à cause de la bataille de Verdun : des renforts sont envoyés en Lorraine, déséquilibrant la présence des Français dans la Somme. Désormais, ce sont les Britanniques qui vont mener l'offensive avec le soutien de Français : le front est réduit à 32 km. La ligne d'attaque est définie du nord vers le sud, dans un triangle entre les villes d'Albert du côté britannique, Péronne et Bapaume du côté allemand.

Timeline Bataille de la SommeInfographic



Histoires 14-18 : La Somme se prépare


5 mois de combats

1,5 millions d'obus
La bataille de la Somme devient une opération visant à soulager le front de Verdun. Elle commence le 24 juin par le bombardement massif des positions ennemies jusqu'au 30 juin : 1,5 millions d'obus tombent de jour comme de nuit du coté des Allemands.

Mais les mauvaises conditions météorologiques empêchent le degré de destruction escompté. La véritable offensive débute le 1er juillet 1916 à 7h28 par l'explosion de plusieurs dizaines de tonnes d'explosifs à La Boisselle.

Les Allemands s'attendaient une attaque d'envergure sur la Somme. Ils se sont bien préparés à résister et ont eu le temps de consolider leurs positions pendant le printemps.

20 000 Britanniques morts en une journée
Cette préparation est un impératif pour les soldats du Kaiser qui sont en infériorité numérique : ils s'adaptent au terrain, construisant des fortifications en béton, des tranchées consolidées, des abris, des voies de communication et des casernes souterraines.

La première journée de bataille est un véritable carnage. Les Allemands, bien protégés, attendent que les bombardements passent. Une fois le déferlement de bombes terminé, ils sortent de leur abri et massacrent les vagues de soldats britanniques qui se jettent sur leurs lignes. Ils feront près de 20 000 morts dans les rangs britanniques.

Un front qui n'avance pas
Peu à peu, les Alliés parviennent à grignoter du terrain. L'avancée reste lente et les pertes humaines énormes. En l'espace de 5 mois, ils n'ont progressé que de 12 km au nord et de 8 km au sud du front alors qu'une véritable percée était attendue.
Avancée de la ligne de front lors de la Bataille de la Somme
Extrait de la vidéo "La Bataille de la Somme Centenaire de la 1ère Guerre Mondiale" de l'agence Graphicopera. https://youtu.be/_XiM9L1QW7I - Graphicopera

 

Les armées engagées

L'armée britannique était composée de troupes provenant des 4 coins du monde et membres du Commonwealth : l'Angleterre, l'Ecosse, le Pays de Galle et l'Irlande du Nord pour le Royaume-Uni, le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, l'Union d'Afrique du Sud et Terre-Neuve encore colonie britannique à l'époque.

Bataille de la Somme, pays engagésInfographic

Parmi les pays engagés dans cette guerre, plusieurs possédaient des empires coloniaux. Les colonies françaises et britanniques ont ainsi été mobilisées, souvent dans une situation déjà peu favorable au colonialisme. Toutefois à titre individuel, des hommes d'autres pays sont venus combattre : Espagnols, Roumains, Suisses, Suédois et Monténégrins. Pour la seule bataille de la Somme, plus de 30 nations ont combattu aux côtés des Alliés, c'est en cela que la guerre est internationale.


 

Les empires coloniaux dans la Première Guerre mondiale

© francetvéducation - story training - design d'o
© francetvéducation - story training - design d'o

 

Plus d'un million de victimes

La bataille de la Somme est l'une des batailles les plus meurtrières de l'histoire (hors victimes civiles): à la fin des combats, on comptera parmi les belligérants près de 1 060 000 victimes, dont environ 442 000 morts ou disparus. La première journée de cette bataille, le 1er juillet 1916, fut, pour l'armée britannique, une véritable catastrophe, avec 58 000 soldats mis hors de combat dont 19 240 morts.

La bataille prend fin le 18 novembre 1916. Le bilan est peu convaincant sur le plan militaire. Les gains de territoires pour les Alliés sont modestes, une douzaine de kilomètres vers l'est tout au plus. Le front n'aura jamais été percé. Les combats usent les adversaires, sans vainqueurs ni vaincus.



Une guerre d'usure et d'innovation

Au delà de la tragédie humaine que représente la bataille de la Somme, elle aura été le temps d'innovations techniques de taille.

C'est le 15 septembre 1916 qu'apparaît le premier char d'assaut britannique, le Tank Mark 1, sur le champ de bataille de Flers. L'engin surprend et son utilisation permet de reprendre du terrain. Suite à cette démonstration, l'armée française commande 400 chars Schneider CA1, pourtant extrêmement lourds, lents et peu autonomes en carburant.

Canons, chemins de fer, lignes téléphoniques... Entre artillerie et moyens de communication, la guerre reste un facteur clé d'innovation et de développement des infrastructures malgré ce qu'il en coûte.



Pour en savoir encore plus sur la bataille de la Somme, visionnez le film Somme 1916, la bataille insensée. A l'appui d'images réelles et de reconstitutions d'époque, il raconte toute l'horreur de la bataille. Le vendredi 1er juillet à 13h30 sur France 3 Picardie et le lundi 4 juillet après Soir 3 sur France 3.

Extrait du film "Somme 1916, la bataille insensée"
Producteurs SKOPIA Films : Eric Bitoun et Adèle Ménard. Un film de Jean-François Delassus - France 3 Picardie