Langues régionales : "le picard est en danger", trois sénateurs des Hauts-de-France interpellent Jean Castex

Publié le
Écrit par Laura Roudaut
Le picard, aussi connu comme le "Chti", est une langue belgo-romane parlée par un million de locuteurs dans une grande partie des Hauts-de-France et du Hainaut occidental en Belgique.
Le picard, aussi connu comme le "Chti", est une langue belgo-romane parlée par un million de locuteurs dans une grande partie des Hauts-de-France et du Hainaut occidental en Belgique. © FTV

Dans une lettre adressée au Premier ministre, trois sénateurs du Nord et de la Somme demandent à ce que le picard figure parmi les langues régionales à enseigner à l'école. Selon eux, le "ch'ti" serait absent d'une circulaire du Ministère de l'Education nationale qui devrait bientôt paraître.

Trois élus des Hauts-de-France, Jean-Pierre Decool et Eric Bocquet dans le Nord et Laurent Somon dans la Somme, s’inquiètent dans une lettre adressée ce jeudi 2 décembre au Premier ministre Jean Castex de l’absence du picard, aussi connu comme le "ch'ti", dans une liste des langues régionales à enseigner à l'école. Ce document devrait être publié prochainement dans une circulaire du Ministère de l'Education nationale. 

"Cette exclusion signifierait qu’il serait possible d’enseigner le flamand occidental, également langue régionale des Hauts-de-France, mais pas le picard, et reviendrait à priver une grande partie de la population de cette région de la transmission de son patrimoine linguistique", s'indignent les trois sénateurs. 

Contrairement au breton ou à l’alsacien, il n'est pas possible d'apprendre le picard dans les établissements scolaires français. Selon les élus signataires de la lettre, la circulaire de l'Education nationale devrait annoncer l'enseignement de deux nouvelles langues régionales à l'école : le flamand occidental, parlé dans l'arrondissement de Dunkerque et le franco-provençal. "Nous nous félicitons de cette avancée, écrivent les élus des Hauts-de-France. Néanmoins, nous constatons et regrettons que le picard, soit absent dans cette liste".

Pour les élus, exclure le picard de la liste des langues régionales à enseigner "reviendrait à priver une grande partie de la population de cette région de la transmission de son patrimoine linguistique". 

Un million de locuteurs 

Le picard ou le "ch'ti" est une langue belgo-romane parlée dans une grande partie des Hauts-de-France et du Hainaut occidental en Belgique. Un million de personnes parleraient cette langue, selon Olivier Engelaere, directeur de l'Agence régionale de la langue picarde.

15 à 20% de la population des Hauts-de-France parle le picard ou comprend quelques mots car c'est une langue qui ressemble au français.

Olivier Engelaere, directeur l’Agence régionale de la langue picarde

"Depuis une dizaine d'années, on se rend bien compte que la population ne parle plus le picard. Les enfants comprenaient autrefois certains mots. Ce n'est plus le cas aujourd'hui", constate Olivier Engelaere. "On a besoin de reconnaissance et de moyens pour former des enseignants au picard dans les écoles."  L’Unesco place cette langue régionale parmi les plus "sérieusement en danger". 

Pour continuer à entendre parler le picard, les téléspectateurs de la télévision régionale disposent entre autre de rendez-vous réguliers.

durée de la vidéo: 01 min 34
L'histoire de fromages des Hauts-de-France - Et si on allait bien ?

Depuis dix ans, les matinales de France 3 Hauts-de-France intègrent le picard dans ses programmes avec la participation de Françoise Desmaret de l'Agence régionale de la langue picarde. Une façon pour cette locutrice de raconter l'histoire et l'actualité de sa région en picard au fil de conversations sans filtres. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.