• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Le chauffeur hongrois qui a effrayé des migrants à Calais avec son camion a été licencié

Le chauffeur hongrois et à droite, un extrait de la vidéo qu'il a mise en ligne.
Le chauffeur hongrois et à droite, un extrait de la vidéo qu'il a mise en ligne.

Le chauffeur de camion hongrois qui avait effrayé les migrants à Calais en braquant le volant de son poids-lourd, et a posté son geste sur Youtube, a été licencié.

Par AFP

"Peter Graz,  (l'employeur autrichien du chauffeur, NDLR) m'a licencié sans donné d'explications", a publié le chauffeur hongrois, Arpad Levente Jeddi, sur sa page Facebook samedi. 

A DABEDA sro. Osztrák tulajdonosa Peter Gratz indoklás nélkül felmondta a munkaviszonyomat. Ezekben a percekben indultam...

Posté par Jeddi Árpád Levente sur vendredi 4 décembre 2015


Le 26 novembre, la presse électronique hongroise et les réseaux sociaux ont été envahis par la vidéo du chauffeur, qui avait braqué son volant plusieurs fois sur les migrants au bord de la route à Calais en France, en lançant des jurons comme "Je vais vous écraser!!! Venez!! Vermines!! Allez vous
faire...
chaufeur hongrois video
Il a ajouté que sa lettre de lienciement était écrite en Slovaque, comme il travaillait dans une filiale slovaque du propriétaire autrichien, et bien qu'il ne comprenait pas le slovaque, il ne comptait pas faire appel à la décision, et qu'il avait déjà de nouvelles propositions de travail. Parlant au portail d'informations Origo, il avait expliqué plus tôt qu'il n'avait pas du tout l'intention de faire du mal aux migrants, mais qu'il "fallait démarrer vivement pour éviter que les réfugiés grimpent sur les véhicules".

"Ils n'ont rien à faire sur l'autoroute"

Quant à ses coups de volant violents, il affirmait avoir évité ainsi la collision avec les nombreux migrants, "qui n'ont rien à faire sur l'autoroute". "Tous les chauffeurs font comme moi". Il a aussi dit qu'il était prêt à se défendre devant un tribunal, si jamais il était obligé de comparaitre devant la justice.

A lire aussi

Sur le même sujet

Retour sur le 18 mai et l'au revoir d'Anne-Sophie Roquette au LOSC

Les + Lus