Les agriculteurs poursuivent le blocage de plateformes de distribution

Treize plateformes de distribution de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie étaient bloquées dans le calme jeudi par des agriculteurs, qui exigent d'être mieux rémunérés par les centrales d'achat, a-t-on appris auprès des manifestants.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
Débutés mercredi vers 14h00 dans le Nord et le Pas-de-Calais, ces blocages devraient se poursuivre "jusqu'à la fin d'une réunion avec les acheteurs des différentes enseignes" vers 14h30 à Saint-Laurent-Blangy, près d'Arras, "si ça se passe bien", a confié Eric Taisne, responsable de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) du Nord. Les préfectures du Nord et de l'Oise ont confirmé ces blocages, alors que celles de la Somme et du Pas-de-Calais n'étaient pas encore en mesure de le faire à 11h00.

Entre 20 et 30 agriculteurs, selon M. Taisne, bloquaient avec des tracteurs, certains ayant déversé du fumier, cinq plateformes dans le Pas-de-Calais, trois dans le Nord, deux dans l'Oise et trois dans la Somme, empêchant les camions de les réapprovisionner. Les magasins - Auchan, Lidl, Leclerc ou encore Intermarché - restaient ouverts. "Depuis hier, plusieurs consommateurs mais aussi des employés des plateformes viennent nous apporter leur soutien", a affirmé le syndicaliste.

"Nous n'exigeons pas qu'ils augmentent absolument leurs prix, ce qui se répercuterait sur les consommateurs, mais qu'ils payent les producteurs à leur juste valeur. Dans ce cas, il faut en effet qu'ils baissent leurs marges", a-t-il poursuivi. Dans un communiqué, le syndicat agricole avait estimé mercredi que la "guerre des prix" affectait fortement le niveau de vie des agriculteurs. "En tant qu'acteur de la mise en marché de nos produits, la grande et moyenne distribution (GMS) porte une part de responsabilité dans la juste répartition des marges tout au long de la filière. Par la guerre des prix que les enseignes se livrent entre elles et la politique du "toujours moins cher", les GMS affament le producteur, premier maillon de la filière, pourtant à l'origine de la valeur de ces produits".