Les Anglaises paient leur pilule du lendemain cinq fois plus cher

Le quotidien The Independent a fait paraître un article qui pointe les incohérences du système de santé britannique sur le sujet de la contraception d'urgence

La ellaOne, l'une des pilules du lendemain disponibles à la vente en Angleterre.
La ellaOne, l'une des pilules du lendemain disponibles à la vente en Angleterre. © MAXPPP
Les femmes britanniques paient cinq fois plus cher la pilule du lendemain que les autres Européennes. C’est le quotidien britannique The Independent qui l’affirme dans un article paru ce dimanche. Quand, en France, une pilule du lendemain coûte entre 4 et 10 euros, une Britannique doit dépenser 31.60 livres, soit environ 24 euros. 

Selon le quotidien, des experts ont appelé le gouvernement à en réduire le prix mais également à supprimer la consultation obligatoire d’un médecin avant l’achat. Interrogée par The Independent, Anne Furedi, de la British Pregnancy Advisory Service (le service d’acompagnement de la grossesse britannique) a déclaré : “Le système en vigueur en Angleterre est insultant, trop cher, et ne comble pas les besoins des femmes”. La spécialiste pointe les incohérences du système anglais : "nous sommes une société qui encourage le sexe pour le plaisir mais qui force les femmes à une marche de la honte si quelque chose va de travers, comme cela arrive parfois".

La pilule du lendemain en France

En France, il est obligatoire pour un pharmacien de délivrer la pilule du lendemain à toute femme la sollicitant et ce quel que soit son âge. Aucune femme ou jeune femme n’est tenue de se justifier ou de présenter une carte d’identité, une loi parfois oubliée par les professionnels.

La pilule du lendemain est une contraception occasionnelle, plus puissante qu’une pilule classique, qui permet de prévenir une grossesse non désirée. Elle ne peut se substituer à une contraception classique et ne protège pas du V.I.H ni des autres maladies sexuellement transmissibles (seul le préservatif joue ce rôle).
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société femmes royaume-uni