• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Les Hauts-de-France vont doubler leur soutien financier à la production de films et de séries

Le tournage de "Happy End" de Michael Haneke en août dernier à Blériot-Plage, près de Calais. / © MaxPPP
Le tournage de "Happy End" de Michael Haneke en août dernier à Blériot-Plage, près de Calais. / © MaxPPP

Xavier Bertrand, le président LR de la région Hauts-de-France, a annoncé la semaine dernière une augmentation massive du soutien financier accordé à la filière audiovisuelle. Le budget sera multiplié par 2,5 pour atteindre les 10 millions d'euros par an.  

Par YF

"J'ai décidé de m'inscrire dans une stratégie totalement offensive que j'assume" , a déclaré Xavier Bertrand, la semaine dernière, dans Le Film Français, l'hebdomadaire des professionnels de l'audiovisuel. "Car je crois également à la culture pour faire reculer à la fois la misère et la colère dans la région. Et cela ne passe pas par des discours, mais par un renforcement très net du budget consacré à la culture qui va passer de 70 à 110 millions d'euros par an à la fin du mandat". La politique de soutien au cinema et à l'audiovisuel verra son enveloppe globale annuelle passer à 10 millions d'euros, ce qui représente une multiplication par 2,5 du budget actuel. Une dotation que le président LR de la région Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais / Picardie) a confirmé vendredi lors du Festival de la fiction TV de La Rochelle.

Michael Haneke (à gauche) en tournage à Douai début juillet. / © MaxPPP
Michael Haneke (à gauche) en tournage à Douai début juillet. / © MaxPPP

"A l’heure où d’autres régions maintiennent voire baissent leurs participations, nous, nous nous lançons dans ce plan de soutien ambitieux", a expliqué Xavier Bertrand, jeudi dernier, dans La Voix du Nord. "C’est bien sûr un enjeu économique parce que derrière il y a de l’emploi. Mais c’est surtout un enjeu culturel. Le cinéma c’est le contraire de l’isolement. Tourner le dos à la culture serait une folie dans cette époque"Dès la fin du mois de septembre, l'enveloppe budgétaire dédiée aux téléfilms et aux séries augmentera de 30% pour atteindre 1 million d'euros par an, via l'agence régionale Pictanovo. La même somme sera dédiée aux long-métrages de cinéma. Dès l'an prochain, les fonds destinés à l'animation seront renforcés à hauteur de 40%, afin d'atteindre un volume annuel de 2 millions d'euros. Les documentaires et les jeux vidéo ne seront pas oubliés non plus. "Un tel budget peut nous permettre de coproduire jusqu'à 196 oeuvres par an", annonce Xavier Bertrand dans Le Film Français. "Tout porteur de projet initié dans la region doit avoir à l'esprit qu'il a de sérieuses chances de trouver un financement".

Retombées économiques et image de marque

Selon les chiffres publiés par Le Film Français, la filière audiovisuelle et cinéma a offert 4 974 emplois entre 2004 et 2013 dans les Hauts-de-France (+52,4%). Pour les villes qui accueillent les tournages, les retombées sont importantes, en terme d'image comme sur le plan financier. A Dunkerque, le maire DVG Patrice Vergriete évaluait ainsi à 1 million d'euros les retombées directes (hôtellerie, restauration, construction des décors...) du tournage de la série Baron Noir, produite par Canal +, avec Kad Merad. Celui de la superproduction hollywoodienne Dunkirk, le nouveau film de guerre de Christopher Nolan, aurait permis la réservation de 15 000 nuitées dans l'hôtellerie sur le territoire. Les retombées ont été estimées à au moins 100 000 euros par jour de tournage et la ville espère "booster" le tourisme autour des sites liés à l'Opération Dynamo - le sujet du film - quand Dunkirk sortira sur les écrans en juillet prochain.
Christopher Nolan en tournage à Dunkerque en mai dernier. / © MaxPPP
Christopher Nolan en tournage à Dunkerque en mai dernier. / © MaxPPP

Outre Christopher Nolan - qui n'a pas touché d'aide financière de Pictanovo mais bénéficié d'un coup de main logistique - d'autres belles productions ont eu lieu cette année dans le Nord et le Pas-de-Calais, avec le soutien de l'agence régionale. Côté long-métrages, il y a eu Jeannette, la comédie musicale de Bruno Dumont tournée sur la Côte d'Opale, Daniel de Cyril Mennegun filmé dans l'Audomarois, Happy End du cinéaste autrichien Michael Haneke, enregistré à Calais et à Douai avec Jean-Louis Trintignant, Isabelle Huppert et Mathieu Kassovitz et Les Fantômes d'Ismaël d'Arnaud Desplechin tourné à Roubaix. Côté séries, on a eu droit notamment aux deuxièmes saisons de Les Témoins (France 2) à Lille et sur la Côte d'Opale et de La Vie devant Elles (France 3) à Bruay-la-Buissière, Denain et Wallers-Arenberg.  

Bientôt des nouveaux studios et un festival international des séries ?

En augmentant les aides à la production audiovisuelle, Xavier Bertrand entend profiter de la situation géographique des Hauts-de-France à proximité à la fois de Paris, de la Belgique et de l'Angleterre, où se tournent de nombreux films et séries. "Si le potentiel se confirme, nous réaliserons des studios, en partenariat avec ceux qui savent faire", a déclaré le président de région à La Rochelle vendredi. "Dans ce cas, on investira en plus".  Ces nouveaux studios pourraient être créés dans la métropole lilloise mais aussi dans l'Oise, à moins d'une heure de la capitale.

Le tournage de la série "La Vie devant Elles" à Wallers-Arenberg début septembre. / © MaxPPP
Le tournage de la série "La Vie devant Elles" à Wallers-Arenberg début septembre. / © MaxPPP

Les Hauts-de-France se sont aussi portés candidats à l'organisation d'un Festival international des séries télévisées voulu par le ministère de la Culture. La première édition doit se tenir l'an prochain.

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Retour sur le 18 mai et l'au revoir d'Anne-Sophie Roquette au LOSC

Les + Lus