Lille - Carlton : une manif de soutien aux Femen jugées ce mercredi pour exhibition sexuelle


Trois militants du mouvement Femen comparaissent ce mercredi devant le tribunal de Lille pour "exhibition sexuelle". Elles avaient manifesté seins nus lors de la comparution de Dominique Strauss-Kahn dans le procès Carlton. Une manif de soutien a eu lieu ce matin. 

Par @F3nord

"Marianne délinquante sexuelle", "Acte politique", "Féministe pas criminelle"... Voici les slogans brandis ce mercredi matin par une quarantaine de militantes féministes, parfois à moitié dénudées, devant le palais de justice de Lille. Une manifestation en soutien à trois femmes, militantes du mouvement Femen, jugées ce mercredi. 
Le 10 février 2015, elles avaient manifesté le torse recouvert de slogans contre la prostitution et les violences sexuelles faites aux femmes, devant le palais de justice de Lille, à l’occasion du procès Carlton.

Seins nus, elles avaient encerclé la voiture dans laquelle se trouvait l'ancien directeur du FMI, et crié "Macs-clients déclarés coupables". Elles avaient ensuite été maîtrisées par les policiers.
video femen 2402

Délit d'exhibition sexuelle

Ce mardi, une tribune publiée dans Libération intitulée "Juger les Femen pour «exhibition sexuelle», c’est pervertir la loi" et signée entre autres par l’ancienne Première ministre Edith Cresson, le sociologue Alain Touraine ou les écrivains Erri de Luca et Taslima Nasreen, demandait l’abandon des poursuites. "Au cours de ce procès pour proxénétisme, ceux qui ont reconnu avoir eu des pratiques sexuelles violentes à l’encontre de femmes prostituées ont été relaxés. Et ce sont finalement les militantes venues dénoncer ces violences qui sont poursuivies sur le fondement inique d’une prétendue 'agression sexuelle'. Les femmes seraient-elles encore et toujours coupables et jamais victimes ?", peut-on lire dans ce texte.

Les 3 Femen risquaient jusqu'à un an de prison et 15 000 euros d'amende pour délit d’exhibition sexuelle. Ce mercredi matin, le procureur de Lille a réclamé trois mois de prison avec sursis et 1000 euros d'amende. Le jugement sera rendu le 23 mars.

Sur le même sujet

Les + Lus