Lubrizol : levée des dernières restrictions agricoles dans les Hauts-de-France

L'incendie de l'usine Lubrizol, classée Seveso seuil haut, s'est produit le 26 septembre dernier à Rouen. / © Alexandre Bioret/Radio France/Maxppp
L'incendie de l'usine Lubrizol, classée Seveso seuil haut, s'est produit le 26 septembre dernier à Rouen. / © Alexandre Bioret/Radio France/Maxppp

Ce 19 octobre, la préfecture de l’Oise a annoncé la levée des dernières restrictions de commercialisation de produits agricoles mises en place dans l'Oise, l'Aisne, la Somme et le Nord après l'incendie de l'usine chimique de Lubrizol à Rouen.
 

Par MCP avec AFP

Dans un communiqué diffusé le samedi 19 octobre, la préfecture de l’Oise a annoncé la levée des restrictions de commercialisation du miel, des œufs, des poissons d’élevage et des légumes produits en Seine-Maritime, Oise, Nord, Somme et Aisne. Depuis la découverte de résidus de suies observés dans ces départements après l’incendie de l’usine Lubrizol le 26 septembre, de lourdes restrictions avaient été mises en place en attendant des résultats d’analyses.
 

Cette levée des restrictions a été formulée suite à la publication d'un avis de de l'Agence nationale de sécurité sanitaire et de l'alimentation (Anses), qui a analysé 502 denrées alimentaires prélevées après l'incendie de l'usine chimique. "L'avis de l'Anses confirme que les résultats de ces 502 prélèvements sont conformes dans leur forme consommée", a souligné le ministère de l’Agriculture.
 

Les résultats d'analyse disponibles mettent toutefois en évidence "des concentrations en plomb supérieures aux teneurs maximales réglementaires" pour "quatre échantillons de légumes" non lavés et non épluchés sur 35, selon le communiqué. Ces légumes (2 endives, 1 betterave et 1 carotte) avaient été prélevés dans la Somme. "Le lien avec l’incendie n’est pas avéré et ces valeurs anormales peuvent être liées avec d’autres sources de contamination", précise-t-on dans le communiqué.

Toutefois, l'Anses recommande la mise en place d'un plan de surveillance adapté. "Ces résultats confirment l'importance de maintenir une surveillance rapprochée comme évoqué précédemment pour le lait, afin d'assurer désormais une surveillance au long cours venant compléter les plans de surveillance et de contrôle d'ores et déjà existant au niveau national", a ajouté le ministère de l’Agriculture.

L'Anses doit formuler "des recommandations complémentaires dans les prochaines semaines pour ajuster cette surveillance renforcée de long terme des productions agricoles".

Le ministère avait levé lundi 14 octobre les mesures de restriction pour le lait et les produits laitiers. La collecte a désormais repris, au grand soulagement des producteurs. 
 

 

Sur le même sujet

Raymond Froment lance une souscription pour la réfection de l'horloge du clocher

Les + Lus