Marche des fiertés: plus de 6 000 personnes ont défilé à Lille ce dimanche et près de 1 000 à Arras samedi

Publié le

Ce week-end était sous le signe de la défense des droits des LGBT (lesbien, gay, bi, trans), avec deux marches des fiertés organisées dans le Nord Pas-de-Calais. À Lille, où une parade plus importante que prévue s'est déroulée ce dimanche. Et à Arras, avec un défilé dans la bonne humeur samedi.

Ce dimanche après-midi, au moins 6 000 personnes ont paradé dans les rues de Lille lors de la marche des fiertés LGBT+ (lesbienne, gay, bi, trans), selon les chiffres des organisateurs. C'est donc bien plus que les 2 000 participants attendus.

Après s'être rassemblé place de la République à partir de 14 heures, le cortège aux couleurs arc-en-ciel, constitué d'une grande majorité de jeunes, a défilé durant près de deux heures sous le soleil, dans une ambiance joyeuse, même si la préfecture avait interdit la musique amplifiée durant le parcours.

Cette version minimisée des Pride habituelles, qui réunissent normalement quelque 15 000 personnes, a toutefois été nourrie de revendications politiques.

"Stop aux thérapies de conversion !", pouvait-on lire sur une banderole, en référence à ces pratiques de pseudo-accompagnement thérapeutique des personnes homosexuelles pour changer d'orientation sexuelle. "Mon corps lesbien m'appartient", scandait une pancarte. "T'es homophobe ? Va te faire Queer un oeuf", était-il écrit sur une autre. Le terme Queer, qui signifie "bizarre" en anglais, étant devenu un étendard de la communauté LGBT+.

D'autres causes défendues résonnaient particulièrement avec l'actualité, au sujet des "préoccupations de la montée de l'extrême droite" ou encore des revendications concernant "l'accès à la PMA pour toutes les personnes".

1 000 personnes à Arras samedi

Samedi, à Arras, ils étaient près d'un millier de participants selon les organisateurs. Et comme à Lille, à moins d'un an de l'élection présidentielle, et une semaine avant les échéances départementales et régionales, la parade a pris une tournure sûrement plus politique que festive. Le mot d'ordre du défilé ? "Urgence sociale, nos droits ne peuvent plus être confinés !"

En amont du défilé, des rencontres et des tables rondes ont été diffusées sur les réseaux sociaux toute la semaine dans le cadre du Love Festival. Parmi les thèmes abordés : le consentement sexuel, le viol, la lutte contre le sida (vidéo ci-dessus) etc. Toutes les vidéos sont à retrouver sur la page Youtube Fiertés Pas-de-Calais.