• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Migrants à Calais : le Rassemblement national fait le buzz avec une fake news

L'AFP a prouvé que cette vidéo ne se passait pas à Calais, mais bien en Israël. / © AFP
L'AFP a prouvé que cette vidéo ne se passait pas à Calais, mais bien en Israël. / © AFP

Maurizio Baldini, affilié au mouvement jeune du Rassemblement national, a relayé le 12 juillet une vidéo sur Twitter, vue plus de deux millions de fois. Selon lui, ce sont des migrants qui jettent des pierres sur l'A16 à Calais. En réalité, ce sont des manifestants éthiopiens en Israël.

Par Manon Pélissier avec l'AFP

L'extrême-droite française a relayé une fausse nouvelle à propos de la situation à Calais, le 13 juillet dernier. Maurizio Baldini, référent en Charentes-Maritime de Génération Nation, le mouvement jeune du Rassemblement national de Marine Le Pen, a diffusé une vidéo sur Twitter, vue plus de deux millions de fois en quelques jours.

On y voit des personnes cagoulées et certaines torse-nues, qui jettent des pierres sur une autoroute. "Une nouvelle intifada du Hamas contre Israël ? Non, une scène quotidienne à Calais en France", affirme-t-il.

En réalité, ce ne sont pas des migrants à Calais sur l'A16, comme il veut le faire croire, mais une manifestation en Israël, qui a eu lieu début juillet, à la suite d'un décès d'un jeune Israélien d'origine éthiopienne.
 
Capture d'écran réalisée par l'AFP le 15 juillet, du tweet de Maurizio Baldini, le 13 juillet 2019. / © AFP
Capture d'écran réalisée par l'AFP le 15 juillet, du tweet de Maurizio Baldini, le 13 juillet 2019. / © AFP


Relayée par l'extrême-droite européenne


Le compte Facebook du Rassemblement national de Menton l'a relayée à son tour, cette fois avec le simple hashtag "#calais". Des versions germanophones, lusophones, anglophones ou roumanophones ont aussi été remarquées, selon l'AFP.

À l'origine, c'est un certain Reggy Devos qui a partagé cette vidéo sur son compte Facebook et qui a présenté les manifestants éthiopiens comme des migrants à Calais. Elle a été massivement regardée : au moins 1,9 million de vues et 37 000 partages en quatre jours.

Grâce à un outil développé par l'AFP, l'origine de cette vidéo a pu être découverte. Sur leur site AFP factuel, les journalistes expliquent leur démarche en détail.

Diffusée le 2 juillet par une chaîne israélienne, 13 Nouvelles, la vidéo montre donc une manifestation, à la suite du décès d'un Israélien d'origine éthiopienne, tué par un policier qui n'était pas en service et dans des circonstances encore troubles. La communauté éthiopienne dénonce un crime raciste.
 


Maurizio Baldini s'est excusé


À la suite du travail de vérification de l'AFP, Maurizio Baldini a effacé son tweet et s'est excusé sur Twitter : "Je m'excuse si j'ai heurté les Calaisiens ainsi que la municipalité, ça n'a jamais été mon intention et je le regrette." Il a également déclaré dans La Voix du Nord qu'il "s'était fait avoir" et qu'il "aurait dû aller vérifier". 
 

La ville de Calais souhaite porter plainte contre le Rassemblement national, d'après les informations de La Voix du Nord. La mairie a aussi demandé à Facebook et Twitter la suppression de la vidéo. 

Avant de s'excuser, le jeune homme a tout de même écrit un deuxième tweet, toujours selon La Voix du Nord, qui est depuis effacé. Reconnaissant qu'il s'est trompé, il continue tout de même dans le même sens, en partageant un reportage de BFMTV, montrant des migrants qui tentent de monter dans des camions, se dirigeant vers le tunnel. "Bon… afin de clore le débat Fakenews ou pas. Voici un reportage qui mettra tout le monde d’accord."
 

La situation à Calais a changé


Un reportage qui date de 2016 et qui montre une situation à Calais bien différente de celle d'aujourd'hui.

Comme le rappelle l'AFP, l'installation de barrages artisanaux, faits de troncs d'arbres, de branchages ou de palettes par des migrants pour ralentir des camions en partance pour l'Angleterre et tenter de se cacher à l'intérieur, étaient réguliers dans le Calaisis en 2016, mais sont depuis devenus plus rares. La préfecture du Pas-de-Calais avait recensé 865 barrages en 2016 contre 45 en 2017 et 26 en 2018.

Des migrants meurent en outre régulièrement en tentant de rejoindre l'Angleterre, notamment percutés dans le Calaisis. Un homme -"a priori" un migrant érythréen- est ainsi mort mi-mai fauché par une voiture alors qu'il sautait d'un camion roulant de Calais vers Dunkerque sur l'autoroute à Guemps.

Selon la préfecture du Pas-de-Calais, 18 migrants sont morts en 2015, 14 en 2016 et 4 en 2017 et 2018.
 

Sur le même sujet

Effondrement chaussée centre-ville d'Amiens

Les + Lus